Cryptomonnaies : le Ripple a pratiquement doublé en 24 heures !

Cryptomonnaies : le Ripple a pratiquement doublé en 24 heures !
Bitcoin

Boursier.com, publié le jeudi 18 janvier 2018 à 16h09

Le rebond des cryptomonnaies est aussi brutal que le krach qui l'avait précédé. C'est la 'crypto' centralisée Ripple qui mène la danse ce jour, désormais en progression de 79% à 1,60$ sur Poloniex. Le Ripple, la 'star' de la fin d'année 2017, avait été divisé par trois en une dizaine de jours...

L'Ethereum, qui venait lui aussi de toucher un sommet historique de 1.423$, puis de replonger jusqu'à 770$ sur Bitfinex, remonte actuellement de... 32% à près de 1.070$.

Le Bitcoin, mère des cryptomonnaies, qui avait perdu la moitié de sa valeur depuis ses sommets historiques inscrits mi-décembre 2017 à 19.891$ sur Bitfinex (jusqu'à un plancher de 9.231$ hier), est un peu plus sage ce jour avec un rebond de... 24% tout de même à 11.881$.

Rebond technique ou durable ?

Les principales 'cryptos' étaient précédemment retombées au plus bas d'un mois, sur des craintes liées en particulier à la régulation du marché. Cette baisse rapide et brutale était peut-être allée un peu trop vite, offrant aux 'mains fortes' du marché l'opportunité de se positionner en période de ventes panique. Rien ne dit cependant que ce sursaut soit durable, aucun élément fondamental ne venant réellement alimenter le rally...

En France, Bruno Le Maire a annoncé une mission sur le sujet des cryptomonnaies. Un ancien de la Banque de France, Jean-Pierre Landau, sera chargé de cette lourde tâche. Le Ministre français de l'économie s'est inquiété des risques de spéculation, de fraude et de détournements financiers liés aux 'cryptos'. Bruno Le Maire demande d'ailleurs à ce que le G20 planche lui aussi sur la question...

L'AEMF, autorité indépendante de surveillance basée à Paris, reste également sur ses gardes. Selon son président Steven Maijoor, les investisseurs en cryptomonnaies devraient "être prêts à perdre tout leur argent". Ce spécialiste constate l'extrême volatilité des devises digitales, qui annihile leur intérêt en tant que monnaies au sens strict.

La Bundesbank, Banque centrale allemande, plaide de son côté pour une réglementation mondiale du bitcoin et des 'cryptos'. D'après Joachim Würmeling, membre du directoire de la banque, les règles nationales auraient en effet du mal à endiguer le phénomène.

Les menaces de la Chine et de la Corée 'dans les cours' ?

Le Bitcoin et les cryptomonnaies avaient déjà connu un coup de semonce la semaine dernière, du fait d'une potentielle interdiction des échanges en Corée du Sud. Le Ministre local de la Justice, Park Sang-ki, avait affirmé que son ministère étudiait une législation interdisant les échanges de cryptomonnaies.

L'interdiction pure et simple demeure une piste pour la Corée du Sud, selon les commentaires du Ministre des Finances Kim Dong-yeon, qui s'exprimait cette semaine sur TBS radio. Le dirigeant a toutefois confirmé la nécessité de nouvelles discussions 'sérieuses' préalables avant de trancher. Kim Dong-yeon a surtout affirmé la nécessité d'une régulation 'rationnelle', face à une 'spéculation irrationnelle'... La Corée du Sud est considérée comme le troisième marché mondial des cryptomonnaies.

La Chine veut également remettre de l'ordre sur ce marché, notamment sur le segment du minage de 'cryptos', particulièrement énergivore. Le pays avait déjà visé les devises digitales l'an passé, ciblant alors les plateformes d'échange et les applications dédiées. Par ailleurs, un vétéran de la banque centrale chinoise estimait, cité hier par Reuters, que les autorités devraient interdire le trading centralisé de devises virtuelles.

Les investisseurs et spéculateurs préfèrent ignorer ce jour ces 'menaces asiatiques', profitant visiblement de la récente correction pour jouer le rebond des 'cryptos'.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU