Cryptomonnaies : Qu'est-ce qu'une ICO (Initial Coin Offering) ?

Cryptomonnaies : Qu'est-ce qu'une ICO (Initial Coin Offering) ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 09 février 2018 à 14h46

Une ICO ('Initial Coin Offering') est une levée de fonds en actifs numériques échangeables contre des devises digitales. Les 'jetons' en question sont émis puis échangés grâce à la technologie de la blockchain. Les ICO sont fréquemment comparées aux introduction en bourse ou aux augmentations de capital des entreprises cotées, mais il s'agit d'un mode alternatif de levée de fonds.

Manque de régulation ?

Les ICO sont par ailleurs controversées, du fait du manque de régulation. D'ailleurs, les régulateurs américains semblent s'interroger sur la question. Jay Clayton, le dirigeant de la Securities & Exchange Commission, entend ainsi contrôler ces levées de fonds en devises numériques, de la même manière que les introductions en bourse à Wall Street...

Développement récent

Les opérations de type 'ICO' étaient encore relativement rares jusqu'à l'année 2017, où elles se sont chiffrées globalement en milliards de dollars (près de 4 Mds$ selon diverses évaluations), contre quelques dizaines de millions de 2013 à 2016. Le record de la spécialité demeure détenu par le projet Tezos, qui a levé plus de 230 M$ durant l'été dernier, mais l'opération Telegram devrait laisser 'sur place' les autres deals majeurs du genre.

Le Venezuela s'engouffre dans la brèche

José Vielma Mora, le ministre vénézuélien du Commerce extérieur et de l'Investissement international, a annoncé hier jeudi que des investisseurs allaient accepter des paiements en 'Petro', devise digitale du Venezuela adossée aux réserves pétrolières locales. Ainsi, le 'Petro' intéresserait, du moins si l'on en croit ses promoteurs, qui prévoient une ICO dès le mois prochain !

Le président Nicolas Maduro avait annoncé ses projets en décembre concernant ce fameux Petro, dont il espère qu'il permettra au pays d'échapper aux sanctions financières américaines, alors que les Etats-Unis ont interdit à leurs institutions financières d'acquérir de la dette émise par le Venezuela, compliquant considérablement le refinancement de la lourde dette locale...

L'application Telegram espère une ICO record

Sequoia Capital et Benchmark Capital compteraient parmi les grands noms intéressés par l'Initial Coin Offering envisagée par l'application de messagerie sécurisée Telegram, créée en 2013 par les frères Dourov, déjà à l'origine d'un réseau social majeur en Russie.

D'après l'agence Bloomberg, alors que certaines grandes firmes de capital risque envisagent d'investir dans l'ICO de Telegram, des acteurs plus spécialisés investissant habituellement dans le domaine de la blockchain, auraient boudé l'opération sur laquelle travaille Telegram, et qui doit aboutir à la plateforme TON (telegram Open Network). D'après 'TechCrunch', l'opération pourrait se faire en deux temps, Telegram entendant lever d'abord 500 M$ en dehors du public, puis un montant plus importante par une ICO totalement publique.

Telegram, qui a récemment déménagé à Dubaï, a fixé un objectif très ambitieux de levée de fonds, espérant récupérer l'équivalent de 2 milliards de dollars par cette transaction. En dehors des noms cités par Bloomberg, le 'Financial Times' croit savoir que Kleiner Perkins Caufield & Byers seraient également de la partie. A l'inverse, des spécialistes du secteur tels que Blockchain Capital ou Pantera Capital, ne devraient pas être du voyage selon Bloomberg.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.