Danone grimpe après les demandes du fonds activiste Bluebell

Danone grimpe après les demandes du fonds activiste Bluebell©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 janvier 2021 à 13h37

Après Carrefour la semaine dernière, Danone est au centre des attentions sur la place parisienne. Selon 'Challenges', le fonds activiste Bluebell Capital Partners a en effet acquis fin 2020 une participation au capital du géant de l'agroalimentaire et a adressé une lettre aux dirigeants de Danone pour réclamer une révision de la gouvernance et de la stratégie du groupe, avec notamment le remplacement du PDG Emmanuel Faber.

Après Carrefour la semaine dernière, Danone est au centre des attentions sur la place parisienne. Selon 'Challenges', le fonds activiste Bluebell Capital Partners a en effet acquis fin 2020 une participation au capital du géant de l'agroalimentaire et a adressé une lettre aux dirigeants de Danone pour réclamer une révision de la gouvernance et de la stratégie du groupe, avec notamment le remplacement du PDG Emmanuel Faber.

Selon 'Les Echos', qui rapportent aussi l'information, le fonds critique également l'achat de WhiteWave, géant américain des produits bio et végétaux en 2016 pour 12,5 milliards de dollars. Bluebell pointe le caractère "très coûteux" de cette acquisition qui n'aurait pas tenu ses promesses de synergies.

Des annonces qui suscitent pas mal de réactions dans les salles de marché. Bernstein ('sous-performer') explique ainsi que le passage du débat de "cela peut-il/va-t-il marcher" à "combien de temps le PDG peut-il tenir", ne contribuera pas à rendre le dossier plus attractif. Pour l'analyste, la critique de Bluebell à l'égard de Danone "n'est pas du tout surprenante", elle montre que la direction de Danone "commence à perdre le contrôle de l'histoire de l'investissement". Si la spéculation sur un potentiel changement de management devrait profiter au titre à court terme, cela ne devrait pas durer. Le courtier évoque les résultats décevants de Danone qui évolue dans des catégories de produits difficiles, avec des marques faibles et un sous-investissement accumulé autant dans les marques que dans l'innovation. Le courtier juge également la stratégie axée sur l'expansion des marges par la réduction des coûts comme mauvaise.

Jefferies ('acheter') considère de son côté "cette nouvelle comme positive pour le cours de l'action", étant donné la "forte" décote de Danone par rapport au secteur européen de l'alimentation et des produits d'entretien domestique et de soins personnels. Pour Barclays ('surpondérer'), étant donné la "frustration" du marché par rapport au cours de l'action, le positionnement de l'activiste pourrait être opportun. Le broker n'est en revanche pas d'accord avec l'analyse de Bluebell sur les produits laitiers, estimant que le redressement opéré par Danone sur ce segment en Europe ces dernières années "a été impressionnant". Enfin, RBC ('performance sectorielle') affirme que la demande de Bluebell a "du sens" mais se demande si Danone "en tiendra compte". Il n'est pas surprenant qu'un activiste entre au capital et appelle au changement étant donné la faible performance de la valeur et la guidance manquée 4 fois depuis 2012, souligne le courtier.

Danone a annoncé une revue stratégique de son portefeuille en octobre dernier, puis la suppression de près de 2.000 emplois en novembre après avoir été frappé par la pandémie de coronavirus plus durement que d'autres concurrents. Le titre a chuté de 27% l'année dernière contre une baisse de 0,5% pour Nestlé et de 3,3% pour Unilever. En repli en début de séance, l'action grimpe désormais de 2,5% à 56,1 euros sur la place parisienne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.