Danone : la filiale marocaine en perte, suite au boycott

Danone : la filiale marocaine en perte, suite au boycott©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 21 septembre 2018 à 20h07

Le mouvement de boycott lancé en avril au Maroc via Facebook pour protester contre la vie chère a pesé sur les comptes de la filiale marocaine de Danone, Centrale Danone. Celle-ci a ainsi publié cette semaine une perte de 115 millions de dirhams (10,4 millions d'euros) au premier semestre 2018, contre un bénéfice de 56 millions de dirhams au cours de la même période l'an dernier.

Dans un communiqué publié en juin, Centrale Danone avait déclaré que les pertes du premier semestre pourraient atteindre jusqu'à 150 millions de dirhams (13,5 ME). Le chiffre d'affaires a chuté de 19% au 1er semestre pour revenir à 2,6 miliards de dirhams (237 millions d'euros). Pour l'ensemble de 2017, les ventes de Centrale Danone avaient atteint 6,5 milliards de dirhams (près de 600 ME), représentant un peu plus de 2% des ventes mondiales de Danone.

Danone a réagi en baissant ses prix de vente au Maroc

Le boycott a contraint l'entreprise laitière à réduire la quantité de lait qu'elle collecte auprès des agriculteurs locaux et à licencier 886 employés en contrat à durée déterminée. Début septembre, le PDG de Danone s'est rendu au Maroc pour y annoncer des mesures pour reconquérir la confiance des consommateurs.

Emmanuel Faber a annoncé une baisse de prix du lait pasteurisé frais et un nouveau conditionnement moins coûteux du lait demi-écrémé au Maroc. Il s'est aussi engagé à fournir aux consommateurs marocains des informations sur la qualité, la collecte et la distribution du lait. Emmanuel Faber s'était déjà rendu fin juin à Casablanca, où il avait assuré que Danone resterait au Maroc malgré les difficultés actuelles.

Campagne anonyme visant le lait, l'eau et les carburants

Le 20 avril dernier, des activistes avaient appelé via le réseau social Facebook au boycott de grands fournisseurs de lait, d'eau minérale et d'essence au Maroc pour protester contre des prix jugés trop élevés. Outre Centrale Danone, cette campagne anonyme a pris pour cibles les stations-service Afriquia et la marque d'eau minérale Sidi Ali.

Les Eaux minérales d'Oulmès, qui exploitent la marque Sidi Ali, ont annoncé cette semaine un plongeon de 87,9% de leur bénéfice net, qui est tombé à 9,74 millions de dirhams à cause du boycott. Les stations-service Afriquia, société non cotée, n'ont pas fourni de résultats du premier semestre. De son côté, le gouvernement marocain a fait part de ses craintes de voir ce mouvement de boycott avoir un effet dissuasif sur les investisseurs étrangers.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.