Danone : nouveaux avis

Danone : nouveaux avis©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 23 février 2021 à 16h37

Danone avance de 0,3% à 57,60 euros sur la place parisienne ce mardi. Dans une note consacrée au géant de l'agroalimentaire, Jefferies a ajusté son objectif de cours de 64 à 66 euros sur le dossier en conseillant de l'acheter, tandis que HSBC a remonté sa cible de 67 à 69 euros ('acheter'). Le Credit Suisse estime pour sa part que le PDG, Emmanuel Faber, n'a pas l'intention de se retirer, comme l'ont demandé certains actionnaires... Le dirigeant a fait preuve de beaucoup de force de convictions lors de la présentation des comptes annuels du groupe vendredi dernier. Dans le même temps, la pression exercée sur lui pour qu'il fasse remonter le cours de l'action s'est encore accrue, selon le courtier, et ce dernier sent une plus grande volonté d'envisager une rationalisation du portefeuille afin de dégager de la valeur/croissance. L'analyste pense que la valorisation actuelle pénalise le groupe pour ses erreurs passées et n'accorde pas assez de crédit à la qualité de son portefeuille, ni à ce qui semble être une inflexion de la croissance de la branche EDP. Le CS reste ainsi à 'surperformer' avec une cible de 62 euros...

Danone avance de 0,3% à 57,60 euros sur la place parisienne ce mardi. Dans une note consacrée au géant de l'agroalimentaire, Jefferies a ajusté son objectif de cours de 64 à 66 euros sur le dossier en conseillant de l'acheter, tandis que HSBC a remonté sa cible de 67 à 69 euros ('acheter').

Le Credit Suisse estime pour sa part que le PDG, Emmanuel Faber, n'a pas l'intention de se retirer, comme l'ont demandé certains actionnaires... Le dirigeant a fait preuve de beaucoup de force de convictions lors de la présentation des comptes annuels du groupe vendredi dernier.
Dans le même temps, la pression exercée sur lui pour qu'il fasse remonter le cours de l'action s'est encore accrue, selon le courtier, et ce dernier sent une plus grande volonté d'envisager une rationalisation du portefeuille afin de dégager de la valeur/croissance. L'analyste pense que la valorisation actuelle pénalise le groupe pour ses erreurs passées et n'accorde pas assez de crédit à la qualité de son portefeuille, ni à ce qui semble être une inflexion de la croissance de la branche EDP. Le CS reste ainsi à 'surperformer' avec une cible de 62 euros...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.