Dernière publication annuelle en solo pour Gemalto, avant le rachat par Thales

Dernière publication annuelle en solo pour Gemalto, avant le rachat par Thales©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 mars 2018 à 06h15

Depuis que Thales a annoncé son projet d'OPA à 51 euros sur Gemalto, les actionnaires du spécialiste de la sécurité numérique sont moins tendus lors des annonces de résultats. Ce sera le cas ce matin puisque Gemalto a dévoilé ses performances 2017. Le chiffre d'affaires s'est contracté de -4% à 2,97 milliards d'euros (à changes constants), tandis que la marge brute a perdu 13% à 1,1 MdE. L'Ebitda recule de 593,5 à 456,7 ME. Le résultat des activités opérationnelles a été amputé d'un tiers environ à 310 ME, ce qui matérialise une marge de 10,4% après 14,5% en 2016. Le bénéfice net recule à 176,5 ME, soit 5,9% de marge nette après 8,5% un an avant. Du moins sur une base ajustée, car en données réelles, il s'affiche à -424 ME après une dépréciation de 514 ME (annoncée au premier semestre), sans impact sur la trésorerie toutefois. Le flux de trésorerie disponible s'est établi à 190 ME en 2017, qui correspond à un taux de conversion de 61% du résultat des activités opérationnelles. La dette nette du groupe a nettement augmenté au cours de l'exercice précédent pour atteindre 684 ME. Elle se décompose en 302 ME de trésorerie et 986 ME d'emprunts. La dette représente environ 1,5 fois l'Ebitda ajusté, un niveau "conforme à la politique de financement" du groupe, indique le management.

Le consensus misait sur 2,98 MdsE de revenus, 306 ME de résultat des activités opérationnelles et -331 ME de perte nette. Le résultat des activités opérationnelles est légèrement meilleur que prévu, mais il se situe en milieu de fourchette de la prévision de 293 à 323 ME fournie par la société, après moult avertissements en 2017.

Rapprochement avec Thales au second semestre

Cette année, Gemalto table sur une croissance à deux chiffres des ventes du segment Identité, Internet des objets & Cybersécurité. La marge opérationnelle de la division Cartes à puces & Services d'émission devrait se stabiliser. Globalement, la direction s'attend à une croissance à un chiffre (entre le milieu et le haut de fourchette) du résultat des activités opérationnelles. Le second semestre de Gemalto s'est achevé sur une meilleure note grâce à la solide contribution des activités Entreprises, Machine-to-Machine et Programmes gouvernementaux, souligne le directeur général Philippe Vallée, en rappelant que le premier semestre avait été particulièrement mauvais pour les deux métiers historiques. La stratégie de l'entreprise repose sur deux leviers, l'accroissement de sa place de numéro un dans la biométrie, l'identité civile et la protection des données et d'autre part en bâtissant sur sa position de leader dans la dématérialisation mais en ajustant la structure de coûts dans les activités plus matures. Le rapprochement avec Thales en est au stade des discussions avec les autorités antitrust. L'opération devrait probablement être réalisée au second semestre 2018.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.