Devise : le dollar repart de l'avant face à l'euro

Devise : le dollar repart de l'avant face à l'euro©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 02 juillet 2018 à 21h02

Le dollar a entamé le second semestre en nette hausse, profitant de bons indicateurs macro-économiques aux Etats-Unis. L'euro a de son côté pâti à nouveau de craintes croissantes d'instabilité politique en Allemagne, la première économie de la zone euro.

Lundi soir, l'indice du dollar, qui reflète son évolution face à un panier de 6 devises, grimpait de 0,45% à 95,06 points, tandis que l'euro reculait de 0,68% face au billet vert, à 1,1607$. Vendredi, la monnaie unique européenne avait pourtant bondi de plus de 1% après l'annonce d'un accord de compromis sur la question migratoire lors d'un sommet à haut risque de l'Union européenne à Bruxelles.

La coalition allemande fragilisée par la question migratoire

Cependant, dimanche, le ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer (CSU), a jugé cet accord insuffisant, et a mis sa démission dans la balance, mettant en péril la coalition gouvernementale d'Angela Merkel. M. Seehofer a fait régner le suspense, en annonçant dimanche soir sa démission, avant de suspendre sa décision quelques heures plus tard... Lundi soir, Angela Merkel et la CSU (l'aile la plus à droite de sa coalition) se réunissaient pour une ultime tentative de résoudre leur conflit à propos des migrants.

Aux Etats-Unis, le dollar a été soutenu par la publication d'un indice ISM manufacturier plus fort que prévu en juin à 60,2 après 58,7 en mai et alors que le consensus était logé à 58,4. L'indice PMI manufacturier est lui aussi ressorti solide en juin. Les dépenses de construction sont restées solides en mai, en hausse de 0,4% sur un mois, même si le consensus tablait sur un chiffre légèrement supérieur (+0,5%).

A l'inverse, en Chine, les derniers indicateurs font état d'un ralentissement de l'économie, ce qui laisse penser aux traders que la Chine souffrirait davantage que les Etats-Unis en cas de guerre commerciale ouverte entre les deux pays. Les investisseurs jugent aussi qu'en cas de turbulences majeures sur les marchés mondiaux, les devises servant de valeurs-refuge resteront le dollar, le yen et le franc suisse.

L'entrée en vigueur des taxes américaines et chinoises attendue ce vendredi

Sur le front commercial, sauf coup de théâtre, les Etats-Unis ont prévu de mettre en oeuvre ce vendredi 6 juillet des taxes sur 34 milliards de produits importés de Chine, première tranche d'un bloc de 50 Mds$ de produits chinois que Washington a prévu de taxer. La Chine va riposter avec des taxes équivalentes ce même 6 juillet, qui frapperont notamment le soja et les automobiles provenant des Etats-Unis. Donald Trump a d'ores et déjà répliqué en annonçant que Etats-Unis étudiaient une liste de 200 Mds$ de marchandises chinoises supplémentaires à taxer.

Si les marchés financiers s'inquiètent des conséquences d'une telle guerre ouverte, la Bourse chinoise a souffert jusqu'ici davantage que Wall Street. Depuis son plus haut annuel de la fin janvier, l'indice de la Bourse de Shanghai, le CSI 300, a plongé de 22%, tandis que le S&P 500 n'a reculé que de 5,3% dans le même temps.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.