Devises : dollar et taux affaiblis avant la réunion de la Fed

Devises : dollar et taux affaiblis avant la réunion de la Fed©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 26 avril 2021 à 21h45

Le cours du dollar a désormais perdu 2,5% par rapport à ses plus hauts de 2021, inscrits fin mars, face à un panier de devises de référence. Les craintes inflationnistes, très présentes en début d'année, ont dopé le dollar et les taux d'intérêts, mais se sont quelque peu dissipées ces dernières semaines. La Réserve fédérale, qui se réunit ces mardi et mercredi, ne devrait pas signaler à ce stade de resserrement de sa politique monétaire, malgré la vigueur de la reprise économique en cours aux Etats-Unis.

Le cours du dollar a désormais perdu 2,5% par rapport à ses plus hauts de 2021, inscrits fin mars, face à un panier de devises de référence. Les craintes inflationnistes, très présentes en début d'année, ont dopé le dollar et les taux d'intérêts, mais se sont quelque peu dissipées ces dernières semaines. La Réserve fédérale, qui se réunit ces mardi et mercredi, ne devrait pas signaler à ce stade de resserrement de sa politique monétaire, malgré la vigueur de la reprise économique en cours aux Etats-Unis.

Lundi soir, l'indice du dollar calculé par l'ICE ( (Intercontinental Exchange), qui mesure son évolution face à un panier composé de l'euro, de la livre sterling, du yen, du dollar canadien, du franc suisse et de la couronne suédoise, reculait de 0,03% à 90,83 points contre 93,25 pts le 30 mars dernier (-2,5%). Le billet vert ne gagne plus que 1% par rapport au début de l'année. De son côté, l'euro cédait lundi soir 0,06% à 1,2092$ sur le marché interbancaire à New York.

Retour au calme sur le marché des taux

Le repli du billet vert ces dernières semaines a coïncidé avec une détente sur les marchés de taux américains, malgré des signes de reprise vigoureuse de l'économie américaine, notamment en termes d'emploi et d'activité dans les services en mars.

Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond américain à 10 ans pointait lundi soir à 1,56% et le "30 ans" à 2,24%, en hausse d'un point de base, contre respectivement 1,76% et 2,49% à leurs plus hauts de mars. Les deux taux restent cependant en hausse par rapport à leur niveau du début de l'année (0,9% pour le "10 ans" et 1,67% pour le "30 ans") dans l'anticipation de la reprise économique.

La Fed surveille les prix, mais juge "temporaire" une hausse supérieure à ses objectifs

Le retour du calme sur le marché des taux est à mettre au crédit des responsables de la Réserve fédérale, qui n'ont eu de cesse de répéter leur engagement à ne pas resserrer trop rapidement la politique monétaire. Les risques de dérapage inflationniste, jugés élevés il y a encore un mois, semblent désormais moins redoutés. Il est en effet probable que la très forte reprise économique observée cette année, atteindra son pic courant 2021, avant de se normaliser à partir de 2022, éloignant ainsi le risque de surchauffe et de hausse durable des prix.

La semaine dernière, le président de la Fed Jerome Powell a répété que la banque centrale s'attendait bien à une "inflation un peu plus élevée" cette année, ajoutant que la Fed suivait de près l'évolution des prix. Il a précisé qu'en cas de dérapage important, la Fed ne restera pas les bras croisés. "Nous ne souhaitons pas une inflation qui excéderait substantiellement 2% et nous ne souhaitons pas une inflation qui dépasse les 2% pendant une période prolongée", avait ainsi expliqué le patron de la Fed dans une lettre en réponse à la question d'un sénateur républicain inquiet de l'inflation.

Le pic de croissance attendu au 2e trimestre 2021 aux Etats-Unis

Selon une note de Goldmans Sachs publiée dimanche, la croissance des Etats-Unis devrait atteindre son pic dès le 2e trimestre 2021, qui bénéficiera pleinement des plans de relance de Joe Biden et de la réouverture de l'activité à la faveur de la campagne de vaccination contre le coronavirus. Ce contexte sera propice à un dépassement de l'objectif d'inflation de la Fed (2% pour le "Core PCE", la mesure favorite de la Fed).

Les économistes de la banque d'affaires s'attendent ainsi à une croissance de 10,5% en rythme annuel au 2e trimestre (après environ 6,9% attendu au 1er trimestre et 4,3% au 4e trimestre 2020). Le rythme de croissance ralentirait ensuite à 7,5% au T3 et 6,5% au T4 2021, avant de poursuivre sa décrue en 2022, estime GS. Dans le reste du monde la reprise atteindrait son acmé un peu plus tard, au 3e trimestre, notamment en Europe, au Japon et dans les marchés émergents (hors Chine).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.