Devises : l'euro au plus haut depuis 3 mois avec Draghi

Devises : l'euro au plus haut depuis 3 mois avec Draghi©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 24 septembre 2018 à 20h25

L'euro a démarré la semaine en nette hausse, lundi, après des commentaires de Mario Draghi évoquant une inflation "vigoureuse" dans la zone euro. L'euro a ainsi bondi en séance jusqu'à 1,1815$, soit une croissance de 0,56% par rapport à vendredi soir, au plus haut depuis plus de trois mois, à la mi-juin.

Cependant, la devise européenne a perdu en cours de séance une grande partie de ces gains, finissant sur une progression plus modeste (+0,08%) à 1,1759$, alors que le dollar retrouvait quelque peu son statut de valeur refuge avec le retour des inquiétudes sur les effets de la guerre économique entre les Etats-Unis et la Chine.

L'indice du dollar a cédé 0,4% en début de journée avant de se redresser en fin de journée, terminant proche de l'équilibre à 94,19 points (-0,03%). Le billet vert reste aussi soutenu par les anticipations d'une nouvelle hausse des taux directeurs, ce mercredi par la Fed, même si ce geste est largement anticipé par les marchés.

Mario Draghi prévoit la poursuite des hausses de salaires dans la zone euro

Par ailleurs, la livre sterling s'est redressée lundi, après son plongeon de 1,4% vendredi après le rejet par l'Union européenne de la proposition britannique d'accord pour le Brexit. La livre a repris 0,37% à 1,3120$ après des commentaires de responsables allemands estimant qu'un accord sur le Brexit restait possible avant la date-butoir du 29 mars 2019.

Lundi matin, Mario Draghi, le président de la BCE a donc évoqué, devant le Parlement européen, "un redressement relativement vigoureux de l'inflation sous-jacente" en zone euro et s'est déclaré confiant dans la poursuite de la croissance des salaires tout en soulignant que ces évolutions impliquaient le maintien des taux directeur de la BCE à leur niveau actuel, au moins jusqu'à l'été prochain. Le président de la BCE a souligné que la croissance des salaires dans la zone euro s'était accélérée pour atteindre 2,2% au deuxième trimestre contre 1,5% en 2017.

"L'inflation sous-jacente devrait encore augmenter au cours des mois à venir, le resserrement du marché de l'emploi exerçant une pression à la hausse sur les salaires", a ajouté Mario Draghi.

Ewald Nowotny voudrait que la BCE aille "plus vite que prévu"

Ces propos ont entraîné l'euro à hausse, mais aussi les taux des emprunts d'Etat de la zone euro, qui se sont assez nettement tendus. Le rendement du Bund allemand à 10 ans a gagné lundi 5 points de base à 0,51%, tandis que celui de l'OAT française à 10 ans a aussi pris 5 pdb à 0,83%. Le taux du 10 ans italien est même remonté de 12 pdb pour atteindre 2,92%.

A l'issue de sa dernière réunion de politique monétaire, le 13 septembre, la BCE a annoncé l'arrêt de son programme de rachat de 2.600 milliards d'euros d'obligations d'ici la fin de l'année, tout en prévoyant de maintenir ses taux directeurs à leur niveau actuel "au moins jusqu'à l'été 2019".

De son côté, le gouverneur de la banque centrale autrichienne, Ewald Nowotny, a une nouvelle fois appelé dimanche la BCE à normaliser "un peu plus vite que prévu" sa politique monétaire. Il s'est prononcé en faveur d'un relèvement du taux de la facilité de dépôt, l'un des trois taux directeurs, à -0,2%, contre -0,4% aujourd'hui.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.