Devises : l'euro ébranlé par la chute du moral des investisseurs allemands

Devises : l'euro ébranlé par la chute du moral des investisseurs allemands©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 17 avril 2018 à 20h27

L'euro a marqué le pas mardi après la publication de plusieurs indicateurs faisant état de craintes d'un ralentissement de l'économie allemande dans les prochains mois. L'euro avait pourtant commencé la séance en hausse, gagnant jusqu'à 0,3%, à 1,2414$, mais il a changé d'orientation après la publication de l'indice Zew, qui mesure le moral des investisseurs allemands. En soirée, le cours de la devise européenne reculait de 0,15% à 1,2365$.

L'indice ZEW, qui avait déjà fortement reculé en mars, est tombé en avril en territoire négatif, ce qui signifie que les investisseurs anticipent une dégradation de la situation économique de l'Allemagne dans les 6 prochains mois. L'indice est ainsi ressorti à -8,2 points après +5,1 en mars, et contre -0,8 de consensus. L'indice relatif à la situation actuelle s'est établi à 87,9, contre 90,7 le mois précédent et 88 de consensus.

L'indice ZEW, compilé chaque mois auprès d'environ 350 experts financiers, est calculé en faisant le solde entre la portion d'analystes optimistes et la portion d'analystes pessimistes.

La politique protectionniste de Donald Trump inquiète les investisseurs

Le président de l'institut Zew, Achim Wambach, a estimé que cette dégradation était liée aux menaces de guerre commerciale brandies par les Etats-Unis de Donald Trump, ainsi qu'à un ralentissement des ventes de détail et de la production en Allemagne. Même si l'Europe a été pour l'instant exonérée des taxes américaines sur l'importation d'acier et d'aluminium, les craintes demeurent sur de possibles mesures de taxation de produits allemands tels que les automobiles...

Par ailleurs, un autre indicateur allemand a lancé des signaux d'alerte : l'institut IMK basé à Düsseldorf a estimé mardi que la probabilité d'une récession en Allemagne dans les trois prochains mois a bondi 32% en avril, contre seulement 6,8% en mars...

Le risque de récession reste faible, mais il n'était pas monté aussi haut depuis mars 2016, et avait à l'époque été suivi d'un passage à vide temporaire de l'économie outre-Rhin.

Modération de la croissance en vue dans la zone euro

Le recul de l'euro a cependant été limité, mardi, la plupart des économistes restant confiants dans la solidité de la croissance allemande, malgré un ralentissement de début d'année qui est considéré une nouvelle fois comme temporaire. Le pic de croissance de la zone euro a sans doute été atteint, mais les économistes voient l'économie continuer à croître à un rythme modéré en 2018 et 2019.

Le FMI a même revu mardi en hausse ses prévisions pour la zone euro, à 2,4% en 2018 (+0,2 point par rapport à la dernière prévision de janvier) avant un ralentissement à 2,0% en 2019 (inchangé par rapport à janvier).

Les responsables de la BCE restent eux aussi plutôt optimistes pour l'économie de la zone euro, dont l'Allemagne est le principal moteur. Lundi, l'économiste en chef de la BCE, Peter Praet, s'est contenté de reconnaître que les récentes statistiques montraient "une certaine modération après plusieurs trimestres de très forte croissance".

M. Praet a ajouté, lors d'une conférence à Madrid, que les perspectives de croissance "confirment notre confiance que l'inflation s'approchera de notre objectif à moyen terme", c'est à dire un niveau proche des 2%.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU