Devises : l'euro et les taux grimpent, questions sur la BCE et la Fed

Devises : l'euro et les taux grimpent, questions sur la BCE et la Fed©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 décembre 2017 à 21h36

Les marchés de changes et obligataires ont été agités mardi des deux côtés de l'Atlantique, les investisseurs s'adaptant à la nouvelle donne monétaire qui s'annonce en 2018 sur le front des politiques monétaires.

En Europe, l'euro a grimpé mardi soir de 0,52%, pour remonter à 1,1845$ dans les échanges interbancaires à New York. Cela a porté son rebond à 0,8% en deux séances, après des propos de l'Allemand Jens Weidmann, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, incitant la banque centrale européenne à mettre fin à sa politique monétaire ultra-accommodante.

L'Allemagne veut que la BCE signale un changement de cap

M. Weidmann, également président de la Bundesbank, la banque centrale allemande, a ainsi déclaré que l'inflation allait accélérer courant 2018 dans la zone euro, tandis que la hausse des salaires devrait se poursuivre. Or, l'inflation est l'élément déterminant pour la BCE dans la détermination de sa politique de taux d'intérêts.

Plusieurs pays, dont l'Allemagne et l'Autriche, poussent Mario Draghi, le patron de la BCE, à mettre fin en septembre 2018 au programme de rachat d'actifs de la BCE, et à préparer le terrain à une remontée des taux d'intérêts. Des taux plus hauts rendraient les placement en euros plus intéressants et seraient susceptibles de renchérir le cours de l'euro, qui a déjà gagné 12,5% cette année face au dollar.

Aux Etats-Unis, la réforme fiscale pourrait rimer avec creusement des déficits

Pendant ce temps, aux Etats-Unis, l'adoption imminente de la réforme fiscale (votée mardi soir par la chambre des représentants, avant un vote au Sénat prévu dans la foulée) devrait se traduire par un accroissement du déficit public et une accélération de la croissance économique, deux facteurs susceptibles d'entraîner des taux d'intérêts plus élevés. Cette prise de conscience a entraîné mardi une nette tension sur les taux des obligations d'Etat américaines.

Le rendement du T-Bond à 10 ans a ainsi grimpé mardi de 7 points de base (centièmes de point) à 2,46% au plus haut depuis environ 2 mois. En deux jours, ce taux a bondi de 11 pdb, une de ses plus fortes poussées de 2017 en 48 heures.

La tension sur les taux a également été forte en Europe, après les propos de Jens Weidmann : le rendement du Bund à 10 ans a pris 7 pdb à 0,37%, celui de l'OAT de même échéance a grimpé de 8 pdb à 0,70% et celui de l'emprunt italien à 10 ans à flambé de 11 pdb pour se hisser à 1,90%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.