Devises : l'euro reprend son ascension avec les taux

Devises : l'euro reprend son ascension avec les taux
euro devise monnaie

Boursier.com, publié le jeudi 18 janvier 2018 à 20h02

Après deux séances de recul, l'euro est reparti de l'avant jeudi, soutenu par un nouvel accès de tension sur les marchés des taux souverains. La monnaie unique européenne a gagné 0,46% à 1,2228$ dans un environnement mondial de plus en plus favorable à la croissance économique.

La PIB de la Chine, publié jeudi matin, s'est ainsi révélé un peu supérieur aux attentes en 2017, en hausse de 6,9% contre +6,8% attendu, et après +6,7% en 2016. Le PIB a augmenté de 6,8% au 4ème trimestre, là aussi légèrement au-dessus du consensus.

De son côté, la Réserve fédérale américaine s'est montrée optimiste dans son dernier Livre Beige publié mercredi soir, faisant état d'une croissance "modeste à modérée" dans 11 des grandes régions économiques des Etats-Unis, ainsi que d'une croissance "robuste" dans la 12ème région. La Fed note aussi une amélioration sur le front de l'inflation et des salaires outre-Atlantique

Le marché des emprunts d'Etat a réagi jeudi à ces nouvelles : aux Etats-Unis, le rendement des Treasuries américains (T-Bonds) à dix ans a franchi le seuil de 2,60% pour la première fois depuis mars dernier. En Europe, le dix ans allemand a brièvement atteint 0,595%, son plus haut niveau depuis juillet, avant de finir la journée à 0,57%. Le taux de l'OAT française à 10 ans a fini à 0,84% (+1 point de base).

Les annonces de la BCE très attendues le 25 janvier prochain

L'euro a donc profité de l'amélioration des rendements obligataires en zone euro, mais est resté sous le pic de 1,2323$ touché mercredi, son plus haut niveau depuis décembre 2014. L'euro est porté depuis le début de l'année par des anticipations d'un changement de ton de la part de la BCE, qui a laissé entendre dans le compte-rendu de sa réunion de décembre qu'elle se préparait à mettre fin progressivement à ses mesures de soutien exceptionnel prises dans le sillage de la crise financière de 2008 et de la crise de l'euro de 2010.

Certains parient sur des annonces concrètes , notamment concernant la date de la fin du programme de "QE", dès la réunion de la BCE de la semaine prochaine, le 25 janvier. Le discours du président de la BCE, Mario Draghi, sera donc particulièrement décortiqué jeudi prochain.

Toutefois face à la hausse de l'euro, plusieurs responsables de la BCE ont tenté de calmer le jeu ces derniers jours, s'inquiétant des effets négatifs de la flambée de la devise européenne sur l'inflation en Europe. Une monnaie forte engendre en effet une inflation plus faible, en réduisant le coût des produits importés. En outre, un euro trop fort pénalise la compétitivité des entreprises exportatrices de la zone euro et risque de peser sur la croissance économique.

Un euro trop fort est une source d'inquiétude pour la BCE

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a notamment déclaré que la zone euro avait encore besoin d'une politique monétaire accommodante, l'inflation n'ayant pas encore atteint l'objectif de l'institution de Francfort. Il a ajouté que la récente hausse de l'euro "est une source d'incertitude qui, compte tenu des effets d'atténuation potentiels sur les prix à l'importation, nécessite que l'on surveille la situation".

Un autre membre du conseil de la BCE, Ewald Nowotny, a indiqué mercredi que l'euro fort "n'aidait pas", tandis que le vice-président de la BCE, Victor Constancio, a indiqué que la politique monétaire resterait "très accommodante pour longtemps".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Devises : l'euro reprend son ascension avec les taux
  • avatar
    PAYmyDIVORCE -

    La planche à billet a de beaux jours devant elle. Enfin, jusqu'à l'effondrement de l'euro...