Devises : la Fed envoie le dollar au plancher !

Devises : la Fed envoie le dollar au plancher !©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 20 mars 2019 à 20h16

Le ton accommodant de la Réserve fédérale, mercredi soir, a pesé sur le cours du dollar. Ainsi, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de devises de référence), qui gagnait 0,1% avant les annonces de la Fed, a plongé par la suite, cédant en soirée 0,58% à 95,42$.

Face à l'euro, le billet vert reculait encore davantage, la monnaie unique européenne bondissant de 0,8% à 1,1439$. La livre sterling reculait en revanche de 0,30% à 1,3229$, alors que Theresa May tente d'obtenir un report du Brexit du 29 mars au 30 juin. Donald Tusk, le président du Conseil européen a affirmé mercredi qu'un court report du Brexit était "possible", mais à condition que les députés britanniques votent enfin pour l'accord de retrait de l'UE, qu'ils ont déjà rejeté par trois fois...

Sur les marchés obligataires américains, le rendement du T-Bond à 10 ans, qui cédait 2 points de base à 2,59% avant la Fed, accentuait son recul à 2,54% après la décision, cédant 8 points de base par rapport à la veille.

Il n'y aura pas de hausse des taux de la Fed cette année

La banque centrale américaine a maintenu comme prévu, mercredi soir, ses taux directeurs à 2,25%-2,50%. Mais surtout, dans ses nouvelles projections, elle a révisé à la baisse son objectif de taux des "fed funds" pour la fin 2019, de 2,9% à 2,4%, ce qui signifie qu'elle ne prévoit désormais plus aucune hausse de taux cette année, ce qui est justement ce qu'espéraient les marchés financiers compte-tenu du ralentissement de la croissance mondiale.

A Wall Street, les indices boursiers se sont orientés à la hausse après les annonces de la Fed, soutenus également par la baisse du dollar, un facteur qui bénéficie aux entreprises américaines présentes à l'international. Dans ses critiques régulières de la Fed, Donald Trump accuse en effet la banque centrale de favoriser un dollar trop fort au détriment de la compétitivité des sociétés américaines.

Croissance et inflation revues en baisse pour 2019 et 2020

Par ailleurs, la Réserve fédérale a révisé en baisse ses prévisions de croissance du PIB pour 2019 aux Etats-Unis, à 2,1% contre 2,3% prévu en décembre. Pour 2020, la Fed s'attend désormais à une croissance de 1,9% contre 2% en décembre, puis elle anticipe +1,8% en 2021 (prévision maintenues).

L'inflation sous-jacente ("core PCE") est attendue plus modérée à 1,8%, 2%, et 2% respectivement sur les trois prochaines années, en baisse d'un point de pourcentage (1,9%, 2,1% et 2,1% attendus en décembre). Quant à la prévision de taux de chômage, elle est revue en légère hausse en 2019 (3,7% contre 3,5%), en 2020 (3,8% contre 3,6%) et en 2021 (3,9% contre 3,8%).

Enfin, la Fed a indiqué qu'elle commencera à ralentir la réduction de son bilan en mai prochain, pour mettre fin en septembre à ce programme de réduction du bilan, une mesure qui revient à assouplir encore sa politique monétaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.