Devises : le dollar chute après les mauvais chiffres de l'emploi US

Devises : le dollar chute après les mauvais chiffres de l'emploi US©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 07 mai 2021 à 23h20

266.000 créations d'emplois aux Etats-Unis en avril au lieu d'un million prévu par les économistes ! Les chiffres de l'emploi publiés ce vendredi outre-Atlantique ont constitué une énorme surprise, entraînant une chute du dollar et des taux d'intérêts souverains américains.

266.000 créations d'emplois aux Etats-Unis en avril au lieu d'un million prévu par les économistes ! Les chiffres de l'emploi publiés ce vendredi outre-Atlantique ont constitué une énorme surprise, entraînant une chute du dollar et des taux d'intérêts souverains américains.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar a ainsi cédé 0,8% à 90,22 points, revenant à son plus bas depuis la fin février, face à un panier de 6 devises de référence (euro, franc suisse, livre sterling, dollar canadien, yen et couronne suédoise). A l'inverse, l'euro a gagné 0,86% face au billet vert à 1,2168$ dans les échanges interbancaires à New York.

Le billet vert a été miné par les données décevantes sur l'emploi américain, qui font penser que la reprise économique et inégale et pas tout à fait aussi dynamique qu'espéré, et que la Réserve fédérale ne réduira pas son soutien aux marchés avant une période prolongée.

Les créations d'emplois aux Etats-Unis ont donc été décevantes en avril : 266.000 emplois ont été créés le mois dernier, contre 770.000 en mars, et très loin du million attendu. Le taux de chômage est même reparti en légère hausse à 6,1% contre 6% en mars, contre 5,8% attendu par les économistes. Autre mauvaise nouvelle : le nombre de créations d'emplois en février et mars a été révisé en baisse de 78.000 en cumulé sur les deux mois.

Encore 8,5 millions d'emplois manquent à l'appel aux Etats-Unis

"C'est une grosse surprise", explique à 'Bloomberg', Matt Maley, directeur de la stratégie de marché chez Miller Tabak & Co. "Cela va jeter un grand coup d'arrêt à la grande rotation à laquelle nous avons assisté récemment. La baisse du rendement à 10 ans aux Etats-Unis va nuire aux banques et aider les technologies. Elle devrait également poser quelques problèmes aux matières premières qui se sont très fortement redressées dans l'attente d'une hausse de l'inflation".

Le patron de la Fed de Minneapolis Neel Kashkari a déclaré à 'Bloomberg Television' que les chiffres de l'emploi montrent que l'économie américaine est encore loin d'avoir retrouvé le plein emploi. Il a ajouté avoir "zéro sympathie" pour les critiques venues de Wall Street contre le soutien massif de la Fed, alors que des millions d'Américains sont encore sans emploi.

Malgré la solide reprise de la croissance outre-Atlantique, environ 8,5 millions sur les quelque 22 millions de postes détruits l'an dernier par la crise du coronavirus n'ont pas encore été recréés, alors que le plein emploi est l'un des principaux mandats de la Fed, avec une inflation annuelle de l'ordre de 2%.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a elle aussi souligné que ces chiffres montrent à quel point "le chemin sera encore long avant la reprise complète de l'économie américaine". Elle s'est malgré tout dit confiante que "l'économie sera forte et prospère cette année et en 2022".

Sur les marchés obligataires, les taux se sont montrés très volatils après l'annonce des chiffres de l'emploi. Ils ont d'abord décroché avant de refaire leur retard. Le rendement du T-Bond américain à 10 ans est ainsi tombé jusqu'à 1,47%, après l'annonce des chiffres de l'emploi (contre 1,57% jeudi soir) avant de revenir à 1,57%... Le taux du "30 ans" est tombé jusqu'à 2,20% (contre 2,24% jeudi soir) avant de remonter à 2,27%...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.