Devises : le dollar glisse encore avec les taux souverains

Devises : le dollar glisse encore avec les taux souverains©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 03 décembre 2019 à 21h35

La crainte du report d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine plombe le dollar depuis deux jours, tandis que l'industrie américaine souffre déjà des barrières douanières mises en place depuis 18 mois.

Sur le marché interbancaire de New York, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence (euro, yen, dollar canadien, livre sterling, franc suisse et couronne suédoise), cède mardi soir 0,12% à 97,74 points après un recul de 0,45% la veille. Cette baisse ramène sa progression depuis le début de l'année à 1,6%.

Mardi, le yen progresse de 0,4% et le franc suisse de 0,5% face au billet vert, tandis que l'euro grappille 0,04% à 1,1082$. Lundi, la devise unique européenne avait bondi de 0,58%, soutenue par la publication d'un indice PMI manufacturier en légère amélioration dans la zone euro en novembre, même s'il traduit toujours une contraction (46,9 après 45,9 en octobre).

Obligations et or recherchés en tant que valeurs-refuge

La correction sur le dollar coïncide avec une forte baisse des taux d'intérêts sur la dette souveraine des Etats-Unis, qui rend moins attractifs les placements en dollars pour les investisseurs. Mardi soir, le rendement du T-Bond à 10 ans plonge ainsi de 12 points de base (centièmes de point), après -4 pdb la veille, retombant à 1,70%, son plus bas niveau depuis plus d'un mois.

Comme les obligations, l'or retrouve son statut de valeur-refuge, regagnant mardi 0,93% à 1.482,80$ l'once pour le contrat à terme de février sur le marché Comex. Le métal jaune avait reculé de 2,8% en novembre, les espoirs d'un accord commercial ayant profité aux actifs risqués au détriment de l'or. Mais la perspective d'un regain de tension sur le front commercial profite à nouveau à l'or ce mardi.

Depuis Londres, où il assiste au sommet de l'Otan, Donald Trump a choqué mardi les marchés en affirmant : "Je n'ai pas de date butoir" pour signer un accord commercial avec Pékin. "D'une certaine manière, j'aime bien l'idée d'attendre après l'élection pour l'accord avec la Chine", a-t-il ajouté, en envisageant sa réélection.

De nouvelles taxes douanières infligées le 15 décembre à Pékin ?

La semaine dernière, il avait pourtant affirmé qu'un accord serait "très proche", mais les relations avec Pékin se sont dégradées après que le président américain a promulgué la loi soutenant les manifestants pro-démocratie à Hong Kong.

Les marchés craignent désormais que Washington mette en oeuvre sa menace de taxer quelque 156 milliards de dollars supplémentaires de produits chinois importés dès la semaine prochaine, le 15 décembre.

Lundi, Donald Trump a par ailleurs annoncé le rétablissement "avec effet immédiat" des droits de douane de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium en provenance d'Argentine et du Brésil. Et dans la nuit de lundi à mardi, Washington a brandi la menace de taxer 2,4 milliards de dollars de produits français en représailles contre la taxe Gafa.

L'industrie américaine souffre des barrières douanières

Une nouvelle escalade des barrières douanières suscite des craintes d'un ralentissement de la croissance aux Etats-Unis, où la consommation reste dynamique jusqu'ici, mais où le secteur manufacturier est déjà à la peine.

L'indice ISM manufacturier, publié lundi, est ainsi ressorti à 48,1 en novembre, contre 49,4 de consensus et après 48,3 en octobre. Cet indice déprimé traduit une contraction de l'activité manufacturière américaine, et ce pour le 4e mois consécutif, alors que les économistes s'attendaient à une légère amélioration de la situation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.