Devises : le dollar profite des turbulences boursières

Devises : le dollar profite des turbulences boursières
Dollar Devise Billet

Boursier.com, publié le mercredi 07 février 2018 à 21h45

Le dollar a nettement progressé mercredi face aux principales devises mondiales, notamment l'euro, qui n'a pas profité d'un accord en Allemagne sur la formation d'un nouveau gouvernement de coalition, en négociation depuis des semaines.

Le billet vert a en revanche été soutenu par plusieurs facteurs, dont la remontée récente des taux d'intérêts (qui rendent les placements en dollars plus rémunérateurs) et l'annonce, mercredi, d'un accord budgétaire entre démocrates et républicains au Sénat américain, qui éloignerait tout risque de "shutdown" pour les deux prochaines années. En outre, le dollar a bénéficié d'un effet de valeur-refuge sur fond de turbulences boursières, un phénomène qui a aussi profité au yen ce mercredi.

L'euro a chuté de près de 2% en une semaine

Mercredi soir, l'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence progressait de 0,7% à 90,24, portant son avancée à 1,8% depuis le 25 janvier dernier.

De son côté, l'euro cédait 0,85% face au billet vert dans les échanges interbancaires, pour revenir à 1,2271$, au plus bas depuis plus de deux semaines. La devise européenne a reculé de 1,9% depuis son dernier pic atteint le 1er février.

Sur les marchés obligataires, les taux des emprunts d'Etat américains sont remontés depuis 48 heures, le rendement du T-Bond à 10 ans remontant au plus haut depuis plus de 4 ans, à 2,86% mercredi soir. Fin 2017, ce taux évoluait autour de 2,40%, et s'est apprécié face aux anticipations d'une accélération de l'inflation aux Etats-Unis, qui pourrait amener la Fed a relever ses taux directeurs plus rapidement qu'escompté jusqu'ici par les marchés. A titre de comparaison, le rendement de l'emprunt européen de référence, le Bund allemand à 10 ans, n'est que de 0,74%, même s'il a fortement augmenté depuis un mois (+30 points de base).

Les risques de "shutdown" écartés pour deux ans aux Etats-Unis?

Les investisseurs tablaient jusqu'ici sur trois nouvelles hausses de taux cette année, mais les derniers chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, publiés vendredi, ont montré une poussée de l'inflation par les salaires, ce qui pourrait nécessiter davantage de tours de vis de la part du nouveau patron de la Fed, Jerome Powell.

Le dollar a aussi été soutenu mercredi par l'annonce d'un accord sur le budget scellé mercredi au Sénat américain entre la majorité républicaine et l'opposition démocrate, qui vise à écarter le risque d'une paralysie fédérale ("shutdown") jeudi soir et éloignerait même ce risque pour deux ans.

Le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell, et son homologue démocrate, Chuck Schumer, ont ainsi annoncé s'être mis d'accord sur les montants des budgets 2018 et 2019, ce qui mettrait fin au rythme de financements de court terme qui était devenus la norme et empêchaient le Congrès de modifier en profondeur les priorités budgétaires des Etats-Unis. L'accord doit toutefois encore être adopté par un vote au Sénat, puis à la Chambre des représentants.

Malgré la croissance, l'inflation toujours molle en zone euro

Dans la zone euro, la Commission européenne a revu mercredi à la hausse sa prévision de croissance économique, à 2,3% en 2018 contre 2,1% précédemment. Elle s'est en revanche montrée prudente concernant l'inflation, qui devrait rester inférieure à l'objectif (proche de 2%) de la Banque centrale européenne.

Les prix devraient ainsi progresser de 1,5% en 2018 et de 1,6% en 2019, des niveaux qui ne sont pas de nature à inciter la BCE a accélérer la normalisation de sa politique monétaire, contrairement à la situation américaine où l'inflation pourrait accélérer cette année.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU