Devises : le dollar recule, le commerce mondial inquiète moins

Devises : le dollar recule, le commerce mondial inquiète moins©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 20 septembre 2018 à 21h05

Si les craintes de guerre commerciale ont inquiété les investisseurs cet été, pesant notamment sur les devises et les marchés des pays émergents, les annonces du début de semaine ont clarifié la situation et entraîné des arbitrages favorables aux marchés d'actions et un rebond des devises émergentes. Les marchés estiment que les nouvelles barrières douanières annoncées par les Etats-Unis et la Chine, restent dans la fourchette basse par rapport aux craintes, et les dernières statistiques montrent que la croissance mondiale reste solide malgré l'ajout d'une dose de protectionnisme.

Jeudi, l'indice du dollar, qui reflète l'évolution du billet vert face à 6 devises de référence (euro, livre sterling, franc suisse, dollar canadien, yen et couronne suédoise) a cédé 0,62% à à 93,95 points, tandis que l'euro a bondi de 0,85% à 1,1772$. L'indice du dollar est désormais revenu au plus bas depuis début juillet, alors qu'il avait grimpé pendant l'été, profitant des turbulences sur les marchés émergents.

Paradoxalement, la récente baisse du dollar s'est produite alors même que les taux d'intérêt américains se sont tendus, alors qu'en théorie, des taux plus élevés attirent les capitaux vers le dollar et le soutiennent. Or, sur les marchés obligataires américains, les taux d'intérêts (qui évoluent en sens inverse), le rendement de l'emprunt d'Etat à 10 ans a fini jeudi soir à 3,07%, proche de son plus haut niveau depuis 7 ans. Le rendement du T-Bond à 30 ans a reculé d'un point de base, à 3,21%, mais il reste proche de son plus haut depuis 4 ans.

Retour de l'appétit pour le risque au détriment des obligations

Les investisseurs ont délaissé ces derniers jours les obligations pour revenir vers les actifs risqués, ce qui a permis au Dow Jones et au S&P 500 de retrouver des niveaux records, jeudi. Les indices boursiers asiatiques ont aussi retrouvé des couleurs cette semaine, de même que les devises de nombreux pays émergents, qui ont notamment profité de facteurs techniques (dénouement de positions de vente à découvert).

Les Etats-Unis ont donc annoncé lundi soir l'application, le lundi 24 septembre, de taxes de 10% sur 200 milliards de dollars de marchandises chinoises importées, ce qui a semblé moins rude que le taux de 25% évoqué initialement (même si ce taux de 25% est désormais promis pur le 1er janvier 2019). Pékin a répliqué avec des taxes de 5% à 10% (au lieu de 5%à 25%) sur 60 Mds$ de biens américains, mais les marchés ont estimé que ces annonces restaient plutôt modérées par rapport à leurs craintes. En outre, Pékin a fait savoir que la Chine ne comptait pas riposter via une dévaluation compétitive du yuan.

Les taux américains restent aussi soutenus à l'approche de la réunion de la Réserve fédérale des 25 et 26 septembre prochain. La Fed devrait relever ses taux directeurs pour la 3ème fois cette année, pour les porter entre 2% et 2,25% selon une grande majorité d'intervenants. Le suspense demeure encore sur un possible 4ème tour de vis avant la fin 2018, qui dépendra de l'évolution de la conjoncture (inflation, emploi...)

Vos réactions doivent respecter nos CGU.