Donald Trump déclare l'urgence nationale pour financer son mur

Donald Trump déclare l'urgence nationale pour financer son mur
Donald Trump lors d'une réunion à la Maison Blanche, à Washington.

Boursier.com, publié le vendredi 15 février 2019 à 17h26

Donald Trump a décidé de signer le compromis budgétaire bipartisan relatif au financement de la sécurité aux frontières des Etats-Unis, un texte que le Congrès américain a adopté hier jeudi afin d'éviter un nouveau 'shutdown'. Le texte n'intègre pourtant pas les 5,7 milliards de dollars exigés pour la construction d'un mur (ou d'une barrière) à la frontière avec le Mexique. Trump ne veut pas d'un nouveau blocage administratif partiel, après un précédent 'shutdown' record de 35 jours, mais il va utiliser un moyen radical pour financer en totalité son 'mur'.

Trump choisit officiellement 'l'urgence nationale'

Trump vient ainsi d'annoncer officiellement son intention de décréter "l'urgence nationale" pour financer son mur. "Le président Trump signera le projet de loi de financement du gouvernement et, comme il l'a déjà indiqué, il prendra également d'autres mesures, y compris une urgence nationale, pour faire cesser la crise de sécurité nationale et humanitaire à la frontière", avait déjà indiqué Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche. "Le président tient à nouveau sa promesse de construire le mur, de protéger la frontière et de sécuriser notre grand pays".

Trump a déclaré ce vendredi qu'il allait donc décréter une situation d'urgence nationale à la frontière américano-mexicaine. "Nous allons signer, aujourd'hui, et enregistrer une urgence nationale et c'est une excellente chose à faire", a lancé le président américain depuis le 'Rose Garden' de la Maison Blanche. Trump n'aura donc pas lâché sa promesse de campagne, au risque de créer un dangereux précédent incitant ses successeurs à contourner le Congrès.

Une décision qui crée beaucoup d'émoi

Le chef (républicain) de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré de son côté qu'il entendait "soutenir la déclaration d'urgence nationale".

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a averti qu'une déclaration d'urgence nationale pourrait créer un précédent, de telle manière qu'un président démocrate pourrait ensuite prendre des mesures similaires sur un sujet tel que la violence par les armes. Elle affirme que les Démocrates étudieront leurs options juridiques, si Trump choisit une telle solution pour passer en force. "Nous examinerons nos options", a-t-elle déclaré. "Il est important de noter que lorsque le président déclare cette urgence, tout d'abord, il ne s'agit pas d'une urgence. Ce qui se passe à la frontière est un défi humanitaire pour nous".

La Chambre américaine des représentants avait approuvé hier soir le compromis sur la sécurité aux frontières, issu des négociations entre parlementaires républicains et démocrates. Le Sénat américain avait déjà validé le texte à une large majorité. Le projet de loi n'accorde pas au président Trump sa demande de financement de 5,7 milliards de dollars pour la construction du mur à la frontière avec le Mexique, mais il aura le mérite d'éviter un nouveau blocage administratif partiel en finançant jusqu'à la fin du mois de septembre les agences fédérales menacées d'un retour au 'shutdown'. Trump doit signer l'accord avant minuit ce soir.

Mécontent de l'accord bipartisan trouvé en début de semaine par les négociateurs républicains et démocrates, Trump va utiliser l'urgence nationale pour obtenir l'important complément financier désiré, le texte n'envisageant qu'un financement de 1,4 Md$ pour sécuriser la frontière avec le Mexique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.