Donald Trump n'attend pas de miracle des négociations avec la Chine

Donald Trump n'attend pas de miracle des négociations avec la Chine©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 21 août 2018 à 08h49

Le Président américain Donald Trump a expliqué hier lundi, dans une interview accordée à 'Reuters', qu'il n'attendait pas grand chose des discussions commerciales avec la Chine prévues demain et jeudi à Washington. Trump ne se fixe d'ailleurs pas de limite dans le temps pour sortir du conflit commercial actuel entre Pékin et Washington. Il constate que la Chine "s'est trop bien débrouillée pendant trop longtemps", et juge donc que la résolution du conflit prendra du temps. "Ils ont traité avec des gens qui ne savaient pas ce qu'ils faisaient, ce qui nous a menés dans cette situation", a estimé Trump.

Rencontre très attendue

Les opérateurs ont placé pourtant quelques espoirs dans de nouveaux échanges entre les USA et la Chine. Des discussions officielles avaient déjà eu lieu en juin à Pékin, entre le Secrétaire américain au commerce Wilbur Ross et le vice-premier ministre chinois Liu He. Cette fois, une délégation chinoise menée par le vice-ministre au Commerce, Wang Shouwen, va rencontrer des représentants américains menés par le Secrétaire du Trésor pour les affaires internationales, David Malpass.

Wang Shouwen et ses camarades se rendront donc aux Etats-Unis pour mener des négociations commerciales. Les Etats-Unis sont à l'origine de ces négociations. Pékin s'est pour sa part félicité, mais n'entend pas accepter de 'mesure unilatérale'.

Conflit commercial majeur

Rappelons que la Chine va imposer jeudi des droits de douane de 25% sur 16 milliards de dollars de produits importés des États-Unis. Il s'agit d'une réplique à la décision de Washington d'imposer des taxes comparables, à cette même date, à un montant équivalent de produits provenant de Chine. Pékin et Washington s'étaient déjà infligés des taxes réciproques sur des produits représentant environ 34 milliards de dollars. Le Président américain Donald Trump s'est même dit prêt à taxer la totalité des importations chinoises, puisqu'il envisageait le mois dernier d'imposer des droits de douane supplémentaires sur... 500 milliards de dollars d'importations en provenance de Chine.

Le nouveau volet de négociation n'implique pas de très haut responsable, et les précédents volets n'avaient pas accouché de grands progrès.

Nouvel ami pour Trump ?

Le dirigeant américain a également déclaré à Reuters qu'il était probable qu'il rencontre de nouveau le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, après un sommet historique qui s'était tenu en juin dernier à Singapour. Trump a souligné "l'alchimie" qui s'était établie... "Je l'aime bien, il m'aime bien", a glissé le Président américain, qui n'a pourtant pas toujours été tendre avec Kim.

Inflexible sur le dossier turc

Au sujet de la Turquie, Trump a assuré qu'il ne ferait aucune concession en échange de la libération du pasteur américain Andrew Brunson, accusé de terrorisme par la justice turque. Le Président US ne s'inquiète pas des conséquences des droits de douane qu'il a imposés pour riposter.

Pas 'emballé' par la politique de la Fed

Pour finir, Trump a déclaré qu'il n'était pas emballé par la hausse des taux de la Fed de Jerome Powell, ce qui devrait sans doute plaire à Wall Street ! Trump, qui accuse Chine et Europe de manipuler leurs devises, avait déjà manifesté ses réticences vis-à-vis du durcissement monétaire actuellement mis en oeuvre par la Banque centrale. Rappelons que le cycle de resserrement monétaire de la Fed a débuté il y a plus de deux ans. Powell a remplacé Janet Yellen en février et confirmé cette posture.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU