ECA et Groupe Gorgé s'envolent, après le contrat record

ECA et Groupe Gorgé s'envolent, après le contrat record©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 mars 2019 à 09h24

Suspendus depuis l'après-midi du vendredi 15 mars sur Euronext Paris, les titres ECA et Groupe Gorgé reprennent en très forte hausse ce mardi matin. ECA Group vient en effet de remporter un contrat emblématique d'environ 450 millions d'euros dans la robotique. Le titre Groupe Gorgé (actionnaire majoritaire d'ECA avec plus de 61% des parts) s'adjuge actuellement 20,1% à 13,5 euros, alors que celui d'ECA flambe de 39,9% à 21,9 euros !

Un contrat historique

Au terme d'un appel d'offres lancé à l'été 2018, la marine belge a attribué la fourniture de 12 navires de chasse aux mines équipés au total d'une centaine de drones au consortium Belgium Naval & Robotics réunissant Naval Group et ECA Group. Six navires sont destinés à la marine belge. Les six autres seront livrés à la marine hollandaise. La notification définitive du contrat devrait intervenir dans les prochaines semaines. La part de contrat d'ECA représente un montant d'environ 450 ME. Le programme, d'une durée totale de 10 ans, va débuter par une phase de design d'environ 3 ans avant la phase de production et livraison des systèmes de drones. Le contrat devrait générer du chiffre d'affaires dès 2019. Ce contrat sera, de loin, le plus gros contrat jamais gagné par ECA, son montant étant supérieur à 4 années de chiffre d'affaires du groupe.

Aboutissement de la stratégie

Ce succès est selon le groupe "l'aboutissement d'une stratégie menée depuis de nombreuses années axée sur le développement de systèmes de drones, c'est à dire des drones multiples et variés coopérant de manière la plus autonome possible au sein d'une même mission. Dans le cas présent, il s'agit de déminage sous-marin". Les marines belge et hollandaise acquièrent donc des chasseurs de mines de toute dernière génération conçus par Naval Group et intégrant parfaitement des systèmes de drones d'ECA aptes à mener en autonomie les opérations de déminage sous-marin dans le champ de mines. Les systèmes de drones à fournir sont les dernières générations de drones développés au cours des 4 dernières années. Les drones, tous intégrés au système C2 MCM d'ECA, sont des AUV (Autonomous Underwater Vehicles), des sonars remorqués et des MIDS (Mine Identification & Destruction Systems) composés de ROV (Remotely Operated Vehicles) d'identification et de destruction de mines, l'ensemble de ces drones pouvant être mis en oeuvre de manière automatique depuis les USV (Unmanned Surface Vehicles). Le système de drones intègre également des drones aériens (UAV - Unmanned Aerial Vehicles) et des dragues.

Des retombées additionnelles ?

"La marine belge étant une référence en déminage sous-marin au sein de l'OTAN, ce contrat est un atout majeur pour l'export", estime ECA, qui juge que ce succès en Belgique devrait générer de nombreuses retombées commerciales à l'export durant les prochaines années. Plusieurs marines importantes dont la France, l'Inde ou l'Angleterre, vont en effet renouveler leur flotte de chasse aux mines dans les prochaines années, relève le groupe...

Une bonne part du contrat se déroulera en Belgique au sein d'ECA Robotics Belgium, ceci dans le cadre d'un plan de coopération intégrant déjà 39 partenaires belges. Les drones de surface équipés seront conçus et produits en Belgique et tous les drones sous-marins y seront produits. Enfin, ces drones navals ou aériens génèrent une activité de soutien logistique, réparation, rechange... qui pourra être réalisée par ECA Robotics Belgium. Ces activités génèrent des revenus complémentaires sous forme de contrats de maintenance et de support tout au long de la durée de vie des drones - généralement supérieure à 20 ans pour les drones navals.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.