Economie : il est temps de passer à un traitement en amont

Economie : il est temps de passer à un traitement en amont©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 19 mars 2018 à 11h34

Dans une étude économique, Natixis explique que les politiques qui traitent les problèmes de la France en aval atteignent aujourd'hui leurs limites : menées depuis les années 1970, elles ont conduit à la hausse continuelle des dépenses publiques et de la pression fiscale, et, avec le niveau très élevé de taxation des entreprises, elles ont aggravé les problèmes structurels de la France.

Il est donc temps de passer à un traitement en amont des problèmes de la France, estime l'étude. La hausse du niveau de gamme de la production, la hausse des compétences de la population active, la modernisation du capital des entreprises, conduiraient à des gains de parts de marché, à la hausse des revenus, à la baisse des inégalités primaires de revenu.

Le rôle de l'Etat est alors, selon Natixis, de réformer le système de formation et d'éducation, de mettre en place une fiscalité favorable à l'investissement technologique, et de faire disparaître les rentes qui sont un obstacle à l'innovation.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
9 commentaires - Economie : il est temps de passer à un traitement en amont
  • avatar
    surlepif -

    il est temps ...mais dépenses publiques en hausse il faudrait un peu faire du ménage, anciens présidents, députés ,sénateurs etc.....

    avatar
    EddyDonmarcel -

    Cessez un peu de focaliser vos discours (Bien que vous n’êtes pas le seul) sur le coût de nos parlementaires, même si je l’admet il faut faire le ménage dans leurs différents avantages honteusement acquis.
    Pour 2018, le budget de l’Assemblée Nationale est de 567,35 millions d’€uro et le budget du Sénat est de 351,25 millions d’€uro.
    Dans ces budgets sont compris : le salaire des parlementaires + le salaire des fonctionnaires qui travaillent dans ces deux assemblées + les différents avantages des parlementaires et des fonctionnaires qui travaillent dans ces deux assemblées.
    Soit un budget cumulé de 918,60 millions d’€uro.
    A cela, nous pouvons ajouter les avantages des anciens parlementaires, des anciens ministres et des anciens Présidents de la République, soit moins de 200 millions d’€uro par an (Ce qui est déjà énorme).
    En 2017, la dépense publique de la France s’élevait à plus de 1.260 milliards d’€uro soit approximativement 55% du PIB, la France détient donc le record d’€urope.
    Le coût de l’Assemblée Nationale + celui du Sénat + les avantages de nos anciens parlementaires, ministres et Présidents représente donc seulement 0,0887% de la dépense publique Française.
    Je le répète, il faut supprimer leurs avantages honteusement acquis mais il existe d’autres sources d’économies beaucoup plus importantes, mais beaucoup plus.

  • avatar
    surlepif -

    il est temps ...mais dépenses publiques en hausse il faudrait un peu faire du ménage, anciens présidents, députés ,sénateurs etc.....

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    le 19 03 2018 à 12 23

    57 % du PIB en dépenses publiques et malgré tous les blablas et la com de Macron et de Philippe, aucune diminution sérieuse n'est au programme ( Juste pour mémoire en 83 nous étions aux environs de 45 % du PIB et que les forts en maths fassent le calcul...les jeunes poussent de LREM !)

    et au fait.....Euh! Tant que Mme Merkel est en France et pour le bien de l'Europe, qu'elle n'oublie pas de rappeler à Emmanuel ses engagements de campagne :

    référence à l'article :

    Le nombre de fonctionnaires est reparti à la hausse
    Statut : publié
    18 décembre, 19:51
    le 18 12 2017 à 19 48

    Et dire Que MAcron annonçait dans son programme une baisse de 120 000 fonctionnaires. il est vraiment sur les traces directes de hollande cet Enarque.

    Encore récemment M. Ferrand venait expliquer que M. Macron n'avait jamais annoncé une baisse des 120 000 fonctionnaires. Après un semestre ils sont déjà dans le mensonge et l'enfumage des Français, je vous dis pas la suite.

  • avatar
    pathoslechien -

    merci a natixis plombée par les placements toxiques et l'affaire Madoff et sauvée par des fonds publics de nous faire une leçon de gestion !

  • avatar
    contrib -

    Natixis n'est-ce pas cette banque dont l'un des responsables avait écrit en 2007 qu'il n'y avait pas lieu de craindre une crise financière prochaine : « […] il peut y avoir une récession aux États-Unis ; […] la crise du crédit immobilier « subprime » […] aux États-Unis va déclencher une crise bancaire et financière. Or, toutes ces affirmations sont fausses. » ?

    Alors quelle est la crédibilité de cette nouvelle analyse ?