Economie : populisme, une "croyance erronée"

Economie : populisme, une "croyance erronée"
Illustration foule pour chômage

Boursier.com, publié le jeudi 07 février 2019 à 11h25

Dans une étude économique, Natixis explique que les partis politiques populistes gagnent les élections ou ont un poids électoral croissant pour trois raisons qui s'enchaînent : la situation économique est difficile, et un gouvernement "normal" devrait prendre des mesures difficiles et pénibles : réduction du déficit public, amélioration de la compétitivité-coût... ; le parti politique populiste promet au contraire de distribuer davantage d'argent public, d'augmenter les salaires, ce qui conduit à une situation économique plus favorable pour la population à court terme qu'avec un gouvernement normal ; bien sûr, les bénéficiaires de la politique populiste comprennent qu'elle conduit à une impasse à moyen terme (déficit public excessif, dégradation de la compétitivité), mais ils pensent que le coût de l'ajustement nécessaire sera subi par d'autres qu'eux : les riches (qui paieraient plus d'impôts), les autres pays (s'il y a dévaluation et monétisation de la dette ou protectionnisme). "Cette croyance est bien sûr erronée", ajoute l'étude.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.