Economie : Powell (Fed) et Lagarde (BCE) prudents, malgré l'espoir d'un vaccin anti-Covid

Economie : Powell (Fed) et Lagarde (BCE) prudents, malgré l'espoir d'un vaccin anti-Covid©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 20h50

Les dirigeants de la Réserve fédérale américaine et de la Banque Centrale européenne (BCE) se sont tous deux montrés prudents jeudi sur les perspectives de reprise de l'économie mondiale, tout en saluant les récentes avancées concernant un futur vaccin contre le coronavirus.

Jerome Powell et Christine Lagarde ont salué l'arrivée prochaine d'un vaccin efficace contre le coronavirus, tout en soulignant que les perspectives économiques restent incertaines, même si un vaccin est administré progressivement aux populations mondiales courant 2021.

Dans le cadre du forum de la BCE sur le thème des "banques centrales dans un monde mouvant", la patronne de la BCE a jugé que "plongés dans une rivière d'incertitudes, nous voyons désormais l'autre rive". "Mais je ne veux pas me montrer exubérante sur la vaccination, en raison de l'incertitude qui demeure" au sujet de la production et de la distribution du futur vaccin, a ajouté Mme Lagarde, en commentant les annonces faites lundi par Pfizer et BioNTech sur l'efficacité à 90% de leur candidat vaccin.

Jerome Powell, le président de la Fed, lui a fait écho, en affirmant que les annonces de vaccin sont "des nouvelles bonnes et bienvenues", mais qu'il est encore "trop tôt pour en déterminer avec certitude les implication à court terme".

Les deux banquiers centraux ont déjà laissé entendre récemment qu'ils étaient prêts à accroître le soutien monétaire aux économies américaines et européenne face à la rechute de l'activité, qui se profile notamment en Europe, où les mesures de reconfinement font craindre une nouvelle récession au 4e trimestre.

La reprise se poursuit aux Etats-Unis, l'Europe craint la rechute

L'économie américaine a mieux résisté que l'Europe depuis la fin de l'été, mais la situation pourrait se dégrader si la 2e vague de coronavirus continue de gonfler outre-Atlantique. Sur le front de l'emploi, un peu plus de la moitié des 22 millions d'emplois détruits aux Etats-Unis en mars-avril ont été recréés, mais le rythme des créations d'emploi a ralenti depuis deux mois.

Ce jeudi, le Département américain au Travail a annoncé un nouveau recul des inscriptions au chômage la semaine passée, mais elles restent à un niveau très élevé par rapport à l'avant-crise du Covid. Pour la semaine close au 5 novembre, des inscriptions au chômage ont atteint 709.000, en retrait de 48.000 par rapport à la semaine antérieure, alors que le consensus était positionné à 731.000. La moyenne à quatre semaines s'établit à 755.250, en repli de 33.250.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.