Economie : un sérieux problème d'offre en France

Economie : un sérieux problème d'offre en France©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 10 janvier 2018 à 10h37

Dans une étude économique, Natixis explique que la France montre une très faible capacité de l'offre, de la production domestique, à répondre à une hausse de la demande, pour l'industrie et pour l'ensemble des biens et services. Ceci constitue, selon l'étude, un handicap structurel important de la France en termes de croissance. Quel est son origine ? On peut penser à une modernisation insuffisante du capital et en conséquence à une qualité insuffisante des biens et services ; à l'insuffisance de la capacité de production mise en place, aux compétences faibles de la population active ; à la réticence des entreprises à embaucher, estime Natixis.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
10 commentaires - Economie : un sérieux problème d'offre en France
  • avatar
    baba04 -

    Les bénéfices les patrons se les gardent pour eux et leurs actionnaires ! vous n'avez rien compris.

  • avatar
    Patdix -

    Avec 35 ans de matraquage des entreprises et des Français et vouloir des produits de moins en moins chers on en arrive à bientôt tout importer.
    Et quand vous voyez de pub ou on vous donne 2 paires de lunettes pour 1 euro , cela ne dérange personne alors que ce serait plus simple de vendre la paire 3 fois moins chère , ainsi les mutuelles pourraient baisser leur prix , mais c'est sans compter les aberrations de la société de consommation.

  • avatar
    YAOUND-75 -

    La France chiraquienne et mitterrandienne ont basé notre économie sur la consommation interne ce qui signifie que le plus grand nombre doit consommer. Cette situation peut être intéressante si nous consommons ce que nous produisons pour cela la production doit ^tre tricolore et au prix en phase avec les salaires. Malheureusement nous ne produisons pas ce que nous consommons et nos produits fab en interne sont trop chers donc hors de portés du plus grand nombre. Deux conséquences directes une balance commerciale toujours en grand déficit car nos exportations dont principalement l'aéronautique, le luxe et pour moindre l'agro ne peuvent compenser les grandes consommations populaires, autre conséquences les augmentations de salaires sont trop faibles ou grappillées par des augmentions del' énergie, impots, taxes etc pour permettre aux consommateurs d'acheter le peu de produits "populaires" tricolores. Ces faibles augmentions poussent le consommateur à acheter encore plus de produits importés. Il va être intéressant de voir si la politique actuelle un mieux salaire va être diluée par les augmentions sauvages de l'énergie et autres taxes et comme conséquence une aggravation du déficit commercial ce qui serait un échec pour l'exécutif.

    avatar
    boz73 -

    Votre raisonnement est en partie faux, pourquoi, avant 2000 la France était devant l'Allemagne pour les exportations, depuis on a eu des gouvernants entre autre Chirac qui a vendu ce qui faisait une partie de nos exportations, je pense à Arcelor qui était une très belle entreprise alors qu'il aurait dû s'y opposer, de plus combien pèse le pétrole dans les importations? au moins 70 % alors que Merkel utilise les charbon pour nous polluer.
    Il serait temps de valoriser combien d'impôts en plus sont nécessaires pour compenser les pertes de cotisations sociales provoquées par les importations excessives, et d'en informer régulièrement les Français, on est pas obligé de faire venir des pommes du Pérou où du Chili, pas très écolo.

  • avatar
    CEQUEJEPENSE -

    De plus en plus de produit de mauvaise qualité, hier acheter un papier collant qui ne colle pas , insuffisance de colle , tout comme ça ,

  • avatar
    MIDU1 -

    il faut de nouvelles règles sur la distribution des bénéfices aux actionnaires, et prévoir un pourcentage pour l'investissement

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]