EDF et Veolia s'associent dans le démantèlement des réacteurs nucléaires de technologie graphite

EDF et Veolia s'associent dans le démantèlement des réacteurs nucléaires de technologie graphite©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 10 décembre 2019 à 08h44

EDF et Veolia, via leurs filiales respectives Cyclife Holding et Asteralis, annoncent la création d'une structure commune : Graphitech, pour répondre aux enjeux de démantèlement des réacteurs nucléaires de technologie graphite.

La déconstruction des réacteurs graphite est complexe en raison de leur conception (empilement de couches de graphite à l'intérieur du réacteur) et du volume de matériaux à évacuer. A l'échelle mondiale, seuls deux réacteurs de technologie graphite de petite puissance ont été démantelés à ce jour.

Graphitech aura en charge des développements technologiques et des études d'ingénierie, nécessaires à la préparation du démantèlement des réacteurs nucléaires de technologie graphite, une soixantaine de réacteurs dans le monde. Graphitech pourra répondre donc aux besoins de la France, du Royaume Uni, de l'Espagne, de l'Italie, de la Lituanie et du Japon.

Associant la maîtrise de l'industrie nucléaire, les compétences d'ingénierie de démantèlement d'EDF avec les compétences de robotique en environnement nucléaire de Veolia, permettant la conception de machines spéciales et de plateformes d'intervention à distance pour le démantèlement, Graphitech apportera son expertise sur : le développement d'outils télé-opérés de découpe de structures en béton et métal, complexes et de grandes dimensions et d'outils d'extraction des briques/empilements de graphite activés ; le design des systèmes et des bras articulés qui permettront de déployer ces outils.

Le premier objectif de Graphitech sera de livrer à EDF un scénario optimisé pour le démantèlement du réacteur de Chinon A2 en 2028 et de proposer un programme d'essais qui permettra de tester les solutions technologiques nécessaires à la réalisation des opérations. Ce programme débutera en 2022 par une phase de mise au point et de qualification sur des maquettes à l'échelle 1 des outils télé-opérés, qui seront utilisés pour le démantèlement du réacteur de Chinon. Le retour d'expérience de cette opération pionnière pourra être utilisé pour d'autres réacteurs en France et à l'international.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.