EDF : le projet "Hercule" finalisé vers la mi-2020

EDF : le projet "Hercule" finalisé vers la mi-2020©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 09 janvier 2020 à 19h08

Prévu initialement pour décembre 2019, puis pour le printemps 2020, le projet de réorganisation d'EDF en deux entités distinctes devrait finalement être présenté vers la mi-2020, a indiqué jeudi Christophe Carval, le directeur exécutif chargé des ressources humaines.

Lors d'un débat à l'Assemblée nationale, le responsable d'EDF a déclaré que "ce qu'on imagine aujourd'hui est d'avoir un dossier à peu près abouti vers l'été 2020".

Le gouvernement a demandé à la direction de l'électricien public de préparer ce plan, baptisé "Hercule", qui consiste à séparer d'une part l'activité nucléaire, hydraulique et le transport d'électricité (RTE) et d'autre part les activités d'énergies renouvelables (comprenant Enedis, EDF Renouvelables, Dalkia, la direction du commerce, les activités d'outre-mer et de la Corse). La première entité (ou "EDF Bleu") serait détenue à 100% par l'Etat, tandis que 35% du capital de la seconde ("EDF Vert") serait coté en Bourse.

Le projet "Hercule" est contesté par les syndicats d'EDF, dont la FNME-CGT qui dénonce un "démembrement d'EDF à partir de considérations financières". "La scission en soi ne permet pas l'équilibre économique, c'est la régulation qui le permet, donc pourquoi on mélange les deux alors que ce sont deux sujets éminemment distincts ?", a demandé jeudi François Dos Santos, de la FNME-CGT, lors de ce débat à l'initiative du groupe parlementaire communiste.

Une révision du mécanisme Arenh en ligne de mire

"Nous considérons que ce projet doit continuer à être débattu et partagé avec nos représentants du personnel", et ce "avant de finaliser un document", a indiqué Christophe Carval, ajoutant que "la partie financière" était "travaillée avec les représentants de l'État et de l'APE", l'Agence des participations de l'État.

Le projet a été repoussé dans l'attente de la mise en place de la nouvelle Commission européenne à Bruxelles, qui doit examiner le plan ainsi que le mécanisme de régulation des prix de l'électricité du nucléaire historique (Arenh), qui permet aux concurrents d'EDF d'acheter de l'électricité nucléaire à prix coûtant.

En échange de la scission production/commercialisation et de l'ouverture au marché de cette dernière, l'Etat français demanderait en effet à la Commission européenne un relèvement de ce tarif Arenh.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.