Electricité : hausse des prix de 1,6% pour les particuliers au 1er février

Electricité : hausse des prix de 1,6% pour les particuliers au 1er février©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 janvier 2021 à 19h28

La CRE propose une évolution des tarifs réglementés de vente d'électricité au 1er février 2021

La CRE propose une évolution des tarifs réglementés de vente d'électricité au 1er février 2021

La CRE a proposé aux ministres de l'énergie et de l'économie une évolution des tarifs réglementés de vente d'électricité (TRVE) de 1,6% TTC pour les tarifs bleus résidentiels. Cette hausse représente 15 euros/an en moyenne sur la facture d'un client résidentiel.

Elle a aussi proposé une hausse de 2,6% TTC pour les tarifs bleus professionnels.

En France métropolitaine, l'évolution proposée par la CRE se décompose ainsi :
- une hausse de +2,42 euros/MWh soit +1,61% TTC pour les tarifs bleus résidentiels ;
- une hausse de +4,02 euros/MWh soit +2,61% TTC pour les tarifs bleus professionnels.

Recrudescence des impayés professionnels

"Cette évolution reflète notamment les conséquences de la crise sanitaire de la Covid-19 sur le système électrique français. Les mesures prises pour enrayer l'épidémie, qui ont notamment perturbé les opérations de maintenance du parc nucléaire, conjuguées à l'écrêtement de l'ARENH dont le plafond a à nouveau été largement dépassé lors du dernier guichet de novembre 2020, ont entraîné une hausse des coûts d'approvisionnement en énergie et en garanties de capacité. En parallèle, les coûts de commercialisation d'EDF ont augmenté pour les clients professionnels, dans un contexte de recrudescence des impayés", explique CRE qui poursuit : "La CRE est consciente du contexte exceptionnel et des difficultés que traversent certains de nos concitoyens et certaines entreprises. Afin de limiter l'impact du mouvement tarifaire sur les consommateurs, elle a décidé de n'intégrer dès à présent dans les TRVE que 50% des coûts liés aux impayés pour 2021".

La proposition de la CRE a vocation à s'appliquer le 1er février 2021.

Les ministres de l'énergie et de l'économie ont toutefois la possibilité, dans un délai de 3 mois, de s'opposer à la proposition de la CRE et de lui demander, le cas échéant, d'en formuler une nouvelle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.