Elliott serait prêt à tout pour mettre la pression sur Pernod Ricard

Elliott serait prêt à tout pour mettre la pression sur Pernod Ricard
pernod ricard, été, vacances, alcool

Boursier.com, publié le mercredi 12 décembre 2018 à 15h02

Elliott Advisors s'attaque à une nouvelle société française. Le fonds américain a indiqué avoir pris plus de 2,5% du capital de Pernod Ricard et souhaite améliorer les performances de la société qui, selon lui, a perdu des parts de marché dans des segments clés de son portefeuille et sous-performe ses pairs.

"Pernod dispose d'un portefeuille exceptionnel de marques internationales de spiritueux de premier plan avec un potentiel d'amélioration significatif", selon Elliott qui a rencontré Alexandre Ricard, Directeur Général du groupe, et a écrit au Conseil d'Administration de la société afin de lui faire part de son analyse et de ses réflexions sur la création de valeur.

Un bilan décevant

Elliott met en avant le bilan décevant de Pernod en matière de fusions et acquisitions, l'acquisition d'Absolut en 2008 (6 milliards d'euros) n'ayant pas répondu aux attentes. "Il en a résulté une sous-performance importante du rendement total pour les actionnaires par rapport aux pairs les plus comparables". Le fonds ajoute que les plans d'amélioration opérationnelle successifs n'ont pas réussi à générer de levier d'exploitation, laissant les marges opérationnelles près de cinq points inférieures à celles de son plus proche concurrent, Diageo.

Combler l'écart de compétitivité avec la concurrence

Elliott recommande ainsi le lancement d'un plan d'amélioration opérationnelle plus ambitieux pour combler l'écart de rentabilité avec la concurrence et l'alignement de la gouvernance d'entreprise avec les meilleurs acteurs de sa catégorie. "Elliott se réjouit à l'idée de poursuivre son dialogue constructif avec la Société et de travailler de manière collaborative en vue de la mise en place de ces améliorations durables".

500 ME d'économies annuelles?

Selon les sources de Bloomberg, Elliott souhaiterait que le groupe de spiritueux réalise des économies annuelles d'au moins 500 millions d'euros en éliminant les doublons dans le back-office et en supprimant des emplois en France et aux Etats-Unis. Une éventuelle fusion avec un des concurrents est également évoquée.

Une autre personne proche du dossier citée par l'agence indique que le fonds activiste a l'intention de pousser l'entreprise à nommer un Conseil plus diversifié et international alors que la majorité des membres du Conseil de surveillance a des liens avec la famille Ricard. Si cela, et d'autres mesures, ne permettent pas d'obtenir des marges plus élevées, Elliott étudiera d'autres moyens pour débloquer de la valeur, y compris une vente.

Le titre flambe

"Nous verrions toute amélioration découlant de la participation d'Elliott comme un élément positif important pour la société", affirme James Edwardes Jones, analyste chez RBC Capital Markets, dans une note destinée à ses clients. Pour l'instant, "nous continuons à penser que la valorisation ne constitue pas un point d'entrée attrayant".

Ces annonces ont en tous cas le mérite de réveiller la valeur en bourse. Pernod Ricard gagne près de 5% à 147,4 euros sur la place parisienne, signant sa plus forte progression depuis plus de 3 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.