En janvier, la part de marché de Carrefour s'est effritée

En janvier, la part de marché de Carrefour s'est effritée
caddie supermarché distributeur

Boursier.com, publié le mercredi 07 février 2018 à 06h40

Carrefour a continué à perdre du terrain en janvier en France, selon les données Kantar Worldpanel commentée par Barclays. Le pointage des quatre semaines s'achevant le 21 janvier n'est pas particulièrement pertinent en matière de croissance du marché, préviennent les analystes Nicolas Champ, James Anstead et Emily Morrison, car Kantar a démarré la période le 25 décembre alors qu'elle avait commencé le 26 décembre en 2016 : comme le 25 décembre est une journée quasiment blanche, cela a son importance. Sur ces quatre semaines donc, les ventes alimentaires ont baissé de -2,1%, après avoir progressé de 4,2% sur les quatre semaines précédentes. Sur 12 mois glissants, ces ventes sont en hausse de 1,1%.

Même si la croissance est discutable, la répartition des parts de marché sur la période de l'est pas : Intermarché, en campagne promotionnelle agressive (cela s'est vu), est le principal bénéficiaire. Lidl a aussi gagné du terrain, mais moins, sans doute à cause d'une baisse de ses investissements publicitaires. Carrefour a souffert. Les hypers ont lâché 31 points de parts de marché et les supers 28 points (contre respectivement -18 et -8 points sur la période précédente). Faible, surtout, note Barclays, que les dépenses publicitaires se sont accrues de 35% pour les hypers sur ces quatre semaines. Globalement, la part de marché du groupe Carrefour dans son ensemble ressortait stable à 20,6% au 21 janvier (les autres formats compensant les hypers et les supers), confirmant la seconde place du groupe derrière Leclerc (21%), mais devant Intermarché (14,8%) et Casino (11,1%). Le groupe de Jean-Charles Naouri a grappillé du terrain sur les hypers (+15 points) mais pas sur les supers (-8 points).

Ces statistiques étaient antérieures à l'annonce du plan stratégique à long terme du groupe dévoilé le 23 janvier. Il ne faut pas compter sur des effets immédiats, mais les analystes ont jugé que le projet de la nouvelle équipe dirigeante répond assez bien aux problèmes structurels de l'enseigne. Mais il va falloir prouver que le géant de la distribution est capable de regagner suffisamment d'agilité pour renverser la vapeur et repartir à la conquête du marché alimentaire hexagonal.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU