Enertime : question de choix

Enertime : question de choix©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 19 septembre 2019 à 15h55

Enertime recule de 3,7% ce jeudi à 1,18 euros ce jeudi, alors que le groupe a publié ses comptes semestriels au 30 juin, marqués par un chiffre d'affaires de 774,4 KE contre 2.062 KE un an auparavant. Ce faible niveau d'activité est lié à la finalisation de nouveaux contrats début 2019 qui devraient générer un chiffre d'affaires significatif sur le second semestre et début 2020. Par ailleurs, l'activité du second semestre sera caractérisée par la monté en puissance des contrats en cours dont le déroulement est conforme aux prévisions...

Malgré une structure de coûts allégée de 680 KE, la société enregistre au premier semestre 2019 une perte d'exploitation de 799,8 KE, contre 213 KE au premier semestre 2018, reflétant l'impact mécanique de la variation du chiffre d'affaires. Le partenariat avec la société Vergnet continue à générer des économies dans les métiers transverses (comptabilité, finance...). Après prise en compte de la provision sur le Crédit d'impôt recherche attendu cette année, le résultat de l'exercice s'établit à -698,1 KE contre -156,3 KE un an auparavant.

Au 30 juin, Enertime disposait de 2.578,4 KE de fonds propres, d'un niveau de trésorerie disponible de 138,1 KE, et affiche des dettes financières à hauteur de 176,7 KE.

Structure renforcée

Depuis la clôture du 30 juin 2019, la structure financière a été renforcée par la signature avec Bpifrance de deux conventions de prêts pour un montant global de 1,05 ME et l'obtention d'une contre-garantie pour des cautions à l'international à hauteur de 1 ME et un préfinancement sur le contrat Bangkok Glass de 462 KE. La situation est aussi renforcée par le renouvellement pour deux ans et pour 1,5 ME de la ligne d'ODIRNANE négociée avec le fonds d'investissement YA II PN, Ltd en mars 2017 et arrivée à échéance en mars 2019. Le solde du financement potentiel qui n'avait pas été utilisé (1 ME) est relevé à hauteur de 1,5 ME et un tirage de 300 KE a été initié en juillet 2019. Ainsi, à fin août 2019, la trésorerie de la société s'élève à 1,3 ME.
Enertime considère disposer des moyens financiers pour assurer la continuité d'exploitation sur les douze prochains mois.

Plusieurs commandes ont été signées lors du premier semestre 2019 pour un montant global de 4,8 ME, constitué de 3 projets structurants. Par ailleurs, un protocole d'intention, pour la création d'un joint-venture pour la fabrication d'ORC, a été signé avec son partenaire chinois, la société Beijing Huasheng ORC Technology. Enertime a lancé le développement de ces ORC standards typiquement d'une puissance de 300 kW, proposés également sur le marché européen. Le projet de JV a pris du retard mais la société remet actuellement des offres en partenariat avec Huasheng sur des projets importants en Chine.

Hausse des prix

La hausse du prix de l'électricité sur le marché spot européen et la forte augmentation de la valeur des CEE (Certificat d'Economie d'Energie) combinées à la ratification de la loi PACTE élargissant le dispositif des CEE aux installations industrielles relevant du système d'échange de quotas d'émission de gaz à effet de serre (SEQE ou ETS) va permettre de rentabiliser l'installation de systèmes de valorisation de chaleur fatale dans les usines en France, juge le groupe. Enertime a entamé des discussions à ce sujet pour créer un partenariat technique non-exclusif avec des investisseurs qui souhaitent créer une société de service énergétique destinée à porter les investissements sur le modèle ESCO (Energy Service Company).

Concernant les technologies de détente de gaz, Enertime travaille avec GRTgaz sur deux projets de taille plus standard, susceptibles de générer des commandes en 2020 ou 2021. La société discute également avec un acteur de la distribution de gaz dans un pays voisin pour des projets similaires ainsi qu'avec plusieurs industriels consommateurs de gaz naturel en France.
Enfin, l'étendue des prestations réalisées pour la société GTT "devrait augmenter dans les prochaines années avec le développement du marché du transport maritime du gaz naturel".

Le Projet de Programmation Pluriannuelle de l'Energie publié en 2019 qui définit les priorités en matière de développement des sources d'énergie en France donne un coup d'arrêt aux filières géothermie et biomasse électrique. Ce document est encore en discussion mais Enertime se prépare à cette nouvelle orientation. Dans ce cas, la société continuera à promouvoir son offre à l'export pour la biomasse en électro génération pure et la géothermie sur les marchés exports et autour de solutions à haut rendement...

"L'amélioration de la tendance sur les prises de commandes devrait entraîner une hausse des facturations sur le S2 et début 2020" commente Portzamparc qui souligne que le point mort a été une nouvelle fois abaissé. De quoi viser un cours de 1,80 euro !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.