Énorme perte pour SoftBank Group, plombé par Uber et WeWork

Énorme perte pour SoftBank Group, plombé par Uber et WeWork
Pepper robot

Boursier.com, publié le lundi 18 mai 2020 à 10h52

On ne gagne pas à tous les coups. Plombé par son fonds d'investissement Vision Fund, SoftBank Group a essuyé une énorme perte 961,6 milliards de yens (environ 8,3 milliards d'euros) l'an passé, la plus importante de son histoire. Le géant japonais a vu son seul Vision Fund enregistré un déficit net de 1.900 milliards de yens (soit environ 16,3 MdsE), notamment pénalisé par ses investissements dans Uber et WeWork, dont la valeur a fondu comme neige au soleil au cours des derniers mois. La valorisation du spécialiste des bureaux partagées s'élève désormais à 2,9 milliards de dollars, soit une chute de plus de 90% par rapport à son pic ! Au bord de la faillite, WeWork doit sa survie qu'à de nouveaux investissements de SoftBank. Au global, le groupe nippon a investi 10,3 milliards de dollars dans l'entreprise américaine.

Le groupe, dirigé par Masayoshi Son, a également enregistré une perte de 7,5 milliards de dollars dans d'autres investissements technologiques, qu'il attribue principalement à la crise liée au nouveau coronavirus. La crise que traverse SoftBank a poussé l'actionnaire activiste américain Elliott Management à réclamer davantage de transparence, certains jugeant l'influence du fondateur du conglomérat trop importante.

SoftBank s'est engagé à vendre ou à monétiser 41 milliards de dollars d'actifs pour financer notamment un plan de rachat de ses propres actions de 2.500 milliards de yens (21,2 MdsE). Masayoshi Son, le patron du colosse nippon a précisé que le groupe allait lever 1.250 milliards de yens (10,6 MdsE) via sa participation dans Alibaba pour financer ces rachats de titres.

Le co-fondateur d'Alibaba, Jack Ma, va d'ailleurs quitter fin juin le conseil d'administration de SoftBank Group.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.