Erytech : en perte de 33,5 ME en 2017

Erytech : en perte de 33,5 ME en 2017©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 12 mars 2018 à 21h52

La perte nette d'Erytech pour l'exercice 2017 ressort à -33,53 millions d'euros (-21,9 ME en 2016). Cette augmentation de 11,6 ME s'explique principalement par la hausse des dépenses cliniques et réglementaires dans le cadre des programmes de développement en cours dans le traitement de la LAL, de la LAM et du cancer du pancréas, de l'avancement de procédures réglementaires en Europe et des travaux préparatoires en vue de programmes cliniques supplémentaires.

Trésorerie

Au 31 décembre 2017, la trésorerie et les équivalents de trésorerie d'Erytech s'élevaient à 185,5 ME (environ 223 M$), contre 37,6 ME au 31 décembre 2016. Cette progression de 147,9 ME de la trésorerie nette résulte principalement du produit net des levées de fonds de 177,4 ME réalisées au mois d'avril et novembre 2017. Sans tenir compte de ces levées de fonds, la trésorerie totale consommée en 2017 s'élevait à 26,4 ME, répartie entre 24,7 ME de trésorerie nette utilisée à des fins d'exploitation et 1,7 ME d'investissements.

Stratégie

L'année 2017 fut une année de transformation pour Erytech, marquée par l'atteinte de plusieurs objectifs cliniques, réglementaires et financiers de première importance, explique Gil Beyen, Président Directeur Général d'Erytech. Nous sommes extrêmement satisfaits des bons résultats de l'étude de Phase 2b avec eryaspase pour le traitement en seconde ligne du cancer métastatique du pancréas. Nous nous félicitons également du succès de nos deux opérations de financement, qui nous ont permis de lever environ 226 M$, ainsi que de notre double cotation au Nasdaq et sur Euronext Paris. Grâce aux fonds levés, nous pensons disposer de capitaux suffisants pour avancer dans nos programmes en cours de développement, en particulier dans l'étude pivot de Phase 3 avec eryaspase pour le traitement en seconde ligne du cancer métastatique du pancréas. Nous avons rencontré la FDA pour évoquer le design de cette étude, et avons obtenu un retour similaire de la part du Comité des médicaments à usage humain (CHMP). Nous sommes également en train de réfléchir au lancement d'études de preuve de concept pour le traitement en première ligne du cancer du pancréas, ainsi que pour d'autres indications dans le domaine des tumeurs solides, à commencer par le cancer du sein triple négatif. Enfin, nous avons resoumis notre demande d'AMM pour eryaspase (GRASPA) dans le traitement des patients en rechute d'une leucémie aiguë lymphoblastique ou atteint d'une leucémie aiguë lymphoblastique réfractaire en Europe. Nous espérons continuer de bénéficier d'une dynamique favorable, marquée notamment par la poursuite de nos efforts en vue de l'autorisation potentielle de mise sur le marché de GRASPA dans la LAL et par des avancées significatives dans les autres programmes de recherche clinique et préclinique, conclut le PDG d'Erytech.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.