Etats-Unis : Goldman Sachs voit le taux de chômage tomber à 4,1% d'ici fin 2021

Etats-Unis : Goldman Sachs voit le taux de chômage tomber à 4,1% d'ici fin 2021©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 08 mars 2021 à 15h31

Goldman Sachs se veut optimiste sur le front de l'emploi américain. La banque d'affaires estime que le taux de chômage pourrait en effet retomber au cours des prochains mois vers son niveau pré-pandémie. Elle prévoit un taux de 4,1% d'ici fin 2021, voire plus bas, selon la vigueur de la reprise économique. "La principale raison pour laquelle nous prévoyons un boom de l'embauche cette année est que la réouverture, les mesures de relance budgétaire et les économies accumulées devraient alimenter une très forte croissance de la demande", affirme l'économiste de GS, Joseph Briggs, dans une note reprise par 'CNBC'.

Goldman Sachs se veut optimiste sur le front de l'emploi américain. La banque d'affaires estime que le taux de chômage pourrait en effet retomber au cours des prochains mois vers son niveau pré-pandémie. Elle prévoit un taux de 4,1% d'ici fin 2021, voire plus bas, selon la vigueur de la reprise économique. "La principale raison pour laquelle nous prévoyons un boom de l'embauche cette année est que la réouverture, les mesures de relance budgétaire et les économies accumulées devraient alimenter une très forte croissance de la demande", affirme l'économiste de GS, Joseph Briggs, dans une note reprise par 'CNBC'.

En février 2020, juste avant que la pandémie n'éclate, le taux de chômage s'élevait à 3,5%, son niveau le plus bas depuis plus de 50 ans. Ce taux a explosé à 14,8% en avril suivant, à la suite de la mise à l'arrêt de l'économie pour freiner la propagation du coronavirus, et est retombé à 6,2% le mois dernier. Néanmoins, le nombre total d'emplois reste inférieur d'environ 8,5 millions à ce qu'il était il y a un an.

"Une autre raison essentielle pour laquelle nous prévoyons une reprise rapide du marché du travail est que les deux tiers des pertes d'emplois restantes dues à la pandémie se situent dans des secteurs très sensibles au virus, où l'emploi devrait rebondir à mesure que l'économie se rétablira pleinement", ajoute M. Briggs. "La forte augmentation de la catégorie des loisirs et de l'hôtellerie, qui a été durement touchée par le virus, dans le rapport sur l'emploi de février, a donné un avant-goût des choses à venir".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.