Etats-Unis : Janet Yellen agite Wall Street en parlant de hausse des taux !

Etats-Unis : Janet Yellen agite Wall Street en parlant de hausse des taux !
Janet Yellen
A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 04 mai 2021 à 23h25

Janet Yellen ne dirige plus la Réserve fédérale américaine depuis trois ans, mais en tant que secrétaire au Trésor, elle conserve une influence certaine sur les marchés financiers. Ainsi, mardi, elle a causé des turbulences en reconnaissant pour la première fois que les taux d'intérêts pourraient avoir à être légèrement relevés aux Etats-Unis pour éviter toute surchauffe de l'économie, à mesure que les programmes d'investissements de l'administration Biden seront mis en place.

Janet Yellen ne dirige plus la Réserve fédérale américaine depuis trois ans, mais en tant que secrétaire au Trésor, elle conserve une influence certaine sur les marchés financiers. Ainsi, mardi, elle a causé des turbulences en reconnaissant pour la première fois que les taux d'intérêts pourraient avoir à être légèrement relevés aux Etats-Unis pour éviter toute surchauffe de l'économie, à mesure que les programmes d'investissements de l'administration Biden seront mis en place.

Cette allusion à une possible hausse des taux (alors que le président de la Fed Jerome Powell ne veut pas encore l'envisager) a suffi à faire vaciller Wall Street, où le Nasdaq a perdu mardi près de 2%.

"Cela (les plans de relance : ndlr) pourrait entraîner de très modestes augmentations des taux d'intérêt (..) mais ce sont des investissements dont notre économie a besoin pour être compétitive et productive (et) je pense que notre économie va croître plus rapidement grâce à eux", a ajouté Mme Yellen, qui a dirigé la Fed de 2014 à 2018, dans une déclaration enregistrée en vue d'un événement en ligne organisé par 'The Atlantic'.

"On peut compter sur la Fed"

Un peu plus tard dans la journée, lors d'un webinaire organisé par le Wall Street Journal, Mme Yellen s'est empressée de clarifier ses propos en assurant que des taux plus élevés, "ce n'est pas quelque chose que je prédis ou recommande". "Si quelqu'un apprécie l'indépendance de la Fed, je pense que je suis bien la personne la mieux placée", a-t-elle ajouté. Elle a précisé ne pas s'attendre à une inflation durablement élevée, tout en affirmant que si cela se produisait, la Fed disposait des outils pour y faire face. "On peut compter sur la Fed pour faire ce qui est nécessaire pour remplir le double objectif de son mandat" (plein emploi et inflation annuelle autour de 2%), a-t-elle conclu.

La secrétaire au Trésor a aussi défendu les hausses d'impôts pour les Américains les plus riches prévues par Joe Biden pour financer ses plans de relance. Pour Janet Yellen, un relèvement du taux marginal d'imposition aura une influence "beaucoup moins importante sur la croissance, dans un sens ou dans l'autre", ajoutant que son objectif était de s'assurer que les déficits publics "restent faibles et gérables". Les projets d'investissement du président Joe Biden en faveur des infrastructures, des familles et de l'éducation feront une "grande différence" en matière de lutte contre les inégalités, a-t-elle ajouté.

Pas d'affolement sur les marchés de taux, le dollar ferme

Sur les marchés obligataires, les taux ont continué de se détendre mardi malgré les déclarations de Janet Yellen et les inquiétudes manifestées par les marchés d'actions. En soirée, le rendement du T-Bond américain à 10 ans pointait ainsi à 1,59% (-1 point de base) après un plus haut à 1,76% atteint en mars.

Du côté des changes, le dollar a en revanche profité des propos de la ministre. L'indice du dollar reprenait ainsi mardi soir 0,35% à 91,26 points face à un panier de devises de référence. A l'inverse, l'euro cédait 0,4% face au billet vert à 1,2016$ dans les échanges interbancaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.