Etats-Unis : la Fed entrouvre la porte à un "tapering"

Etats-Unis : la Fed entrouvre la porte à un "tapering"©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 19 mai 2021 à 23h30

Le débat sur une réduction du soutien de la Fed a bien commencé en interne. Dans ses dernières "Minutes", publiées mercredi soir, la banque centrale américaine a ainsi laissé entendre qu'elle pourrait revoir sa politique monétaire accommodante si l'économie continue de s'améliorer rapidement.

Le débat sur une réduction du soutien de la Fed a bien commencé en interne. Dans ses dernières "Minutes", publiées mercredi soir, la banque centrale américaine a ainsi laissé entendre qu'elle pourrait revoir sa politique monétaire accommodante si l'économie continue de s'améliorer rapidement.

Selon le compte-rendu de la réunion de la Fed des 27 et 28 avril dernier (à l'issue de laquelle la Fed a maintenu le statu quo monétaire), un certain nombre de dirigeants de la Fed sont apparus enclins à engager des discussions sur des changements à la politique monétaire, du fait du rétablissement rapide de l'économie.

"Un nombre de participants ont suggéré que si l'économie continue d'afficher des progrès rapides vers les objectifs (du FOMC), il pourrait être approprié à un moment donné lors des réunions à venir de commencer à discuter d'un projet pour ajuster le rythme des achats d'actifs", est-il écrit dans les "Minutes" de la Fed.

Deux dirigeants de la Fed se sont même dit préoccupés par la possibilité qu'une hausse de l'inflation à des "niveaux indésirables" ne se produise avant que la Fed n'en prenne conscience et ne se dote d'un plan pour y faire face.

Le 28 avril, à l'issue de la réunion, le président de la Fed, Jerome Powell, avait estimé qu'il n'était "pas encore temps" de commencer à parler de "tapering" (réduire le montant des achats d'actifs). Depuis, les chiffres de l'inflation en avril ont montré que les prix ont grimpé de 4,2% sur un an aux Etats-Unis (au-dessus de l'objectif de 2% de la Fed). Des tensions sont apparues sur le marché de l'emploi, tandis que des pénuries entraînent des perturbations de la chaîne d'approvisionnement dans certains secteurs, dont l'automobile et la construction...

Les taux et le dollar remontent après la Fed

En réaction aux "Minutes", Wall Street a fini en recul mercredi pour le 3e jour consécutif, tandis que les taux d'intérêts se sont légèrement tendus et que le dollar a repris de la hauteur.

Le marché obligataire, qui sert traditionnellement de refuge en cas de baisse des actions, n'a ainsi pas profité de la correction boursière. Les cours ont baissé et les taux d'intérêts ont légèrement progressé après la publication des "Minutes". Le rendement du T-Bond à 10 ans évoluait ainsi mercredi soir à 1,67% (+3 points de base) et celui de l'échéance à 30 ans à 2,37% (+1 pdb). Au plus haut de l'année, courant mars, ils avaient grimpé respectivement jusqu'à 1,77% et 2,49% dans la crainte d'un dérapage de l'inflation aux Etats-Unis.

Du côté des changes, l'indice du dollar a accru son rebond après les annonces de la Fed, après être tombé mardi à son plus bas niveau depuis début janvier. Il reprenait mercredi soir 0,46% à 90,17 points face à un panier de devises de référence, tandis que l'euro rendait 0,37% à 1,2175$, après un bond de 0,65% mardi dans les échanges interbancaires à New York.

La Fed prête à utiliser ses outils en cas de dérapage inflationniste

Les responsables de la Fed ont été nombreux à s'exprimer ces derniers jours, et ils ont affirmé qu'ils considéraient la récente poussée sur les prix comme un phénomène temporaire, lié en grande partie aux goulets d'étranglement qui surviennent dans les chaînes d'approvisionnement à la sortie de la crise sanitaire. Pour autant, plusieurs d'entre eux ont insisté sur la vigilance de la Fed et sur le fait qu'elle disposait des outils nécessaires pour juguler les prix en cas de dérapage prolongé.

Lundi, Richard Clarida, le vice-président de la Fed, a indiqué que la Fed surveillait l'inflation de près et a ajouté qu'elle était prête à utiliser ses "outils" si nécessaire, en cas de signes de dérapage sur les anticipations d'inflation. Raphael Bostic, le patron de la Fed d'Atlanta, a lui aussi insisté sur la surveillance des prix par les enquêteurs de la banque centrale.

Enfin, Robert Kaplan, le président de la Fed de Dallas a indiqué ne pas s'attendre à voir les taux d'intérêt directeurs remonter avant l'an prochain. Il a cependant répété qu'il souhaiterait que la Fed parle dès à présent de la réduction de son soutien monétaire à l'économie (achats de 120 milliards de dollars par mois actuellement).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.