Etats-Unis : la Fed ne craint pas l'inflation et maintiendra son soutien (Minutes)

Etats-Unis : la Fed ne craint pas l'inflation et maintiendra son soutien (Minutes)©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 17 février 2021 à 21h50

Le compte-rendu (ou "Minutes") de la dernière réunion de la Fed, publié mercredi soir, montre que les banquiers centraux américains sont devenus plus optimistes concernant la reprise économique en 2021, compte-tenu de la campagne de vaccination contre le Covid-19, mais qu'ils n'envisagent pas pour autant de réduire le soutien de la Réserve fédérale aux marchés avant une longue période.

Le compte-rendu (ou "Minutes") de la dernière réunion de la Fed, publié mercredi soir, montre que les banquiers centraux américains sont devenus plus optimistes concernant la reprise économique en 2021, compte-tenu de la campagne de vaccination contre le Covid-19, mais qu'ils n'envisagent pas pour autant de réduire le soutien de la Réserve fédérale aux marchés avant une longue période.

Lors de leur réunion du 27 janvier, les participants ont estimé que l'économie américaine était encore loin d'atteindre leur objectif de plein emploi, et que même si le marché de l'emploi s'améliorait rapidement, il faudrait "un certain temps" avant d'atteindre cet objectif.

Concernant l'inflation, les membres de la Fed ont laissé entendre qu'ils étaient prêts à accepter une hausse des prix temporairement supérieure à leur objectif de 2% en glissement annuel, sans que cela n'entraîne automatiquement de leur part de réaction préemptive de durcissement monétaire.

L'indice des prix PCE à 1,3% en décembre, loin des 2%

Ils ont discuté de la façon de communiquer sur l'inflation, afin de faire comprendre à l'opinion publique la différence entre des hausses de prix ponctuelles et temporaires, et une tendance structurelle de hausse des prix. Ils ont noté que "l'évolution des prix relatifs pourrait faire augmenter temporairement la mesure de l'inflation, mais il est peu probable que cela ait un effet durable".

Lors de cette réunion de la fin janvier, la Fed avait maintenu en l'état sa politique monétaire. L'objectif de taux directeur des "fed funds" était resté ancré entre 0% et 0,25%, tandis que le programme de rachat d'actifs (obligations d'Etat et autres créances) était maintenu à 120 milliards de dollars par mois.

L'institution avait indiqué qu'elle maintiendrait son soutien massif jusqu'à ce quelle observe "des progrès substantiels" dans ses deux objectifs, d'une part le plein emploi et d'autre part, le retour à une inflation annuelle de l'ordre de 2%. En décembre l'indice PCE (Personal consumption expenditures), la mesure de l'inflation préférée de la Fed, s'élevait à seulement 1,3% sur un an.

Les taux US à 10 ans au dessus de 1,3% dans l'anticipation de la reprise

La publication des Minutes coïncide avec une brusque hausse des taux d'intérêts à long terme aux Etats-Unis dans l'anticipation d'une reflation voire d'une inflation plus forte que prévue. Certains économistes craignent que le plan de soutien de Joe Biden de 1.900 milliards de dollars ne soit surdimensionné, alors que la pandémie de Covid-19 semble désormais refluer rapidement.

Le rendement du T-Bond à 10 ans est ainsi remonté au plus haut depuis un an, franchissant mardi le seuil de 1,30%. Il a culminé mercredi matin à 1,33% avant de se détendre légèrement pour revenir à 1,29% après les Minutes. Le T-Bond à 30 ans rapporte désormais 2,04% contre 1,64% fin 2020.

Des hausses de prix attendues, mais pas d'inflation hors de contrôle, selon la Fed

Le président de la Fed, Jerome Powell, a répété début février que la Fed tolérerait une inflation temporairement supérieure à 2%, disant s'attendre à une "flambée de dépenses" de la part des Américains lorsque la pandémie de Covid-19 se résorberait, ce qui entraînerait des hausses de prix, mais il a jugé qu'une inflation hors de contrôle était improbable.

Ce mercredi, Eric Rosengren, le président de la Fed de Boston, a lui aussi déclaré ne pas s'inquiéter d'une remontée rapide des prix lors de la reprise liée à l'amélioration de la situation sanitaire. Selon lui, l'inflation ne devrait pas atteindre l'objectif moyen de 2% au moins jusqu'à la fin 2022.

Mardi, la présidente de la Fed de San Francisco, Mary Daley, avait également balayé le danger d'un inflation hors de contrôle, insistant sur l'importance de la lutte contre le chômage, priorité actuelle pour la Fed. "Je pense que nous devrions moins nous inquiéter de l'inflation, et admettre que cette crainte est en train de nous coûter des millions d'emplois", a-t-elle insisté.

L'amélioration du marché du travail, principal défi pour Jerome Powell

La crise du coronavirus a entraîné la destruction de quelque 22 millions d'emplois aux Etats-Unis en mars-avril 2020, dont environ 10 millions n'ont pas encore été recréées. Si le taux de chômage officiel était de 6,3% en janvier aux Etats-Unis, Jerome Powell estime que le vrai chiffre est plus proche des 10%, si l'on tient compte des millions de personnes qui se sont découragées de chercher un emploi par temps de crise et ont disparu des statistiques.

"Malgré une reprise étonnement rapide, nous sommes encore très loin d'un marché du travail solide", avait estimé Jerome Powell, le 10 février dernier devant l'Economic Club de New York. Il a appelé l'administration Biden à agir massivement à court et long terme, via son plan de soutien budgétaire et un programme ambitieux d'investissement dans les infrastructures.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.