Etats-Unis : pas de "vague bleue" au Congrès, bonne nouvelle pour Wall Street

Etats-Unis : pas de "vague bleue" au Congrès, bonne nouvelle pour Wall Street
Etats-Unis, congrès...

Boursier.com, publié le vendredi 06 novembre 2020 à 23h23

Alors que certains craignaient le pire pour la Bourse américaine, les incertitudes entourant l'issue de l'élection présidentielle américaine ont au contraire entraîné cette semaine une envolée de 7% à 9% des indices boursiers à Wall Street !

A l'origine de ce "rally", figure un grand soulagement de constater l'absence d'une "vague bleue" démocrate prévue par certains sondeurs et redoutée par les investisseurs. Ainsi, selon les résultats provisoires de l'élection du 3 novembre, le Démocrate Joe Biden devrait l'emporter face à Donald Trump à la Maison Blanche, mais sans triomphalisme, les résultats étant très serrés dans plusieurs Etats.

Au Congrès, les Démocrates devraient garder le contrôle de la Chambre des représentants (mais ils devraient y perdre des sièges), alors que les Républicains devraient maintenir de justesse leur majorité au Sénat. Le résultat final au Sénat pourrait toutefois se faire attendre jusqu'en janvier, en raison d'un second tour nécessaire en Géorgie pour deux sièges de sénateurs.

Pas de changements politiques majeurs en vue

Un Congrès divisé est considéré comme favorable aux marchés financiers, car cela diminue le risque de hausses d'impôts et de changements réglementaires majeurs prévus par Joe Biden, et qui affecteraient en priorité les valeurs technologiques et les valeurs de la santé.

Dans une note publiée vendredi, Michael Strobaek, le responsable des investissements mondiaux de Credit Suisse, estime que "cette division du Congrès signifie que l'administration Biden ne sera probablement pas en mesure d'engager les changements politiques majeurs envisagés, comme les augmentations d'impôts".

La société de gestion Edmond de Rothschild AM (EDRAM) juge aussi qu'"on se dirige vers une cohabitation, avec une victoire serrée de Biden, et un Sénat républicain, ce que les marchés financiers apprécient particulièrement malgré la contestation de l'élection par Trump".

Un vaste plan de soutien budgétaire jugé moins probable

"Le scénario privilégié est celui d'une relance budgétaire plus modérée, et d'un blocage des principales mesures réglementaires et fiscales voulues par les Démocrates", selon Edmond de Rothschild dans une note publiée vendredi.

"L'absence de majorité démocrate au Sénat écarte le risque d'un resserrement de la régulation (ce qui est positif pour les secteurs de la technologie et de la santé). En revanche, les secteurs cycliques et les thématiques value ont souffert, puisque le scénario actuel éloigne aussi la probabilité de l'adoption prochaine d'un vaste plan de relance économique, attendu depuis plusieurs mois par les investisseurs. Ces derniers tablent donc en contrepartie sur un soutien accru de la Réserve fédérale américaine", selon EDRAM.

A l'issue de sa réunion de mercredi et jeudi, la banque centrale américaine a maintenu en l'état sa politique monétaire très accommodante, tout en répétant qu'elle se tenait prête à renforcer son soutien à l'économie si nécessaire, en "utilisant toute la gamme de ses outils pour soutenir l'économie américaine en ces temps difficiles".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.