Etats-Unis : Powell assure ne pas voir de signes de surchauffe

Etats-Unis : Powell assure ne pas voir de signes de surchauffe©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 01 mars 2018 à 19h35

Pour la deuxième fois cette semaine, Jerome Powell, le nouveau président de la Réserve fédérale américaine, était auditionné jeudi devant une commission du Congrès. Après des propos jugés très optimistes sur la croissance, mardi, qui avaient déclenché des craintes d'accélération du rythme des hausses de taux, le banquier central s'est montré un peu plus mesuré jeudi.

Devant la commission bancaire du Sénat, Jerome Powell a ainsi affirmé jeudi que la banque centrale américaine ne voit aucun élément probant témoignant soit d'une inflation salariale, soit d'une surchauffe de l'économie. Dans ces conditions, il ne semble donc pas y avoir d'urgence à relever précipitamment les taux directeurs de la Fed, comme certains investisseurs boursiers le craignent.

Le président de la Fed a toutefois répété que la politique budgétaire du gouvernement américain exercerait sans doute une pression haussière sur l'inflation cette année.

Wall Street rassurée par Powell, mais inquiétée par Trump

Jerome Powell a ajouté que la Fed ne voulait pas avoir à être la cause d'une récession en relevant les taux en toute hâte parce qu'elle aurait été prise de court par l'évolution de la conjoncture économique, ce qui a conforté les marchés dans leurs attentes de trois hausses des taux directeurs de la Fed cette année.

Après l'intervention de M. Powell, Wall Street (qui évoluait proche de l'équilibre depuis l'ouverture) a d'abord réagi positivement, mais s'est ensuite orienté en nette baisse après l'annonce par le président américain Donald Trump de la création de taxes sur les importations d'acier et d'aluminium dès la semaine prochaine ! A deux heures et demi de la clôture, le Dow Jones chutait de 1,3%, tandis que le S&P 500 et le Nasdaq reculaient chacun d'environ 1%.

Sur les marchés obligataires, les obligations semblaient faire office à nouveau de valeurs-refuge, ce qui entraînait un recul du rendement du bon du trésor (T-Bond) à 10 ans (-3 points de base à 2,83%). Le dollar progressait légèrement, de l'ordre de 0,1%, face à un panier de devises de référence.

Les statistiques militent en faveur d'un resserrement monétaire

Parallèlement aux propos de Jerome Powell, les statistiques américaines publiées jeudi ont conforté l'hypothèse d'une hausse progressive des taux directeurs de la Fed. D'une part, l'inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie) mesurée par l'indice "core PCE" --le plus surveillé par la Fed--, a atteint 0,3% en janvier sur un mois, après +0,2% en décembre, s'affichant au plus haut niveau depuis un an. En glissement annuel, ce "core PCE" a progressé de 1,5% en janvier, au même rythme qu'en décembre, et reste donc inférieur à l'objectif de 2% que s'est fixé la Fed.

D'autre part, les inscriptions au chômage ont diminué de manière inattendue la semaine dernière aux Etats-Unis pour tomber à 210.000, leur plus bas niveau depuis plus de 48 ans, attestant une fois encore de la situation tendue du marché du travail.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.