Etats-Unis : Powell confiant pour l'économie, malgré les "risques"

Etats-Unis : Powell confiant pour l'économie, malgré les "risques"
Jerome Powell, séance des questions du FOMC à Washington.

Boursier.com, publié le vendredi 04 octobre 2019 à 20h40

Le président de la Fed, Jerome Powell, s'est montré globalement confiant, vendredi, sur la santé de l'économie américaine, tout en soulignant la présence de "risques" et de "défis". Les marchés boursiers ont apprécié ses remarques, les indices Dow Jones, S&P 500 et Nasdaq progressant tous trois de plus de 1% suite à ses propos, contre des gains de l'ordre de 0,8% auparavant.

Dans un discours très attendu en inauguration d'un débat sur l'emploi organisé par la Fed à Washington, le président de la baque centrale américaine a affirmé que "dans l'ensemble, l'économie est, comme j'aime le dire, dans une bonne position". Il a ajouté cependant que la croissance fait face à des défis liés à "une croissance faible, une inflation faible et des taux d'intérêts faibles".

La Fed étudie les moyens de soutenir l'inflation autour de 2%

"Le taux de chômage est au plus bas depuis près d'un demi-siècle, et l'inflation est proche, mais un peu inférieure à notre objectif de 2%. Notre travail est de la maintenir à ce niveau (2% : Ndlr) le plus longtemps possible", a-t-il ajouté.

Sans indiquer si et quand la Fed comptait encore baisser ses taux directeurs, le banquier central a indiqué que l'institution étudiait actuellement des stratégies qui lui permettraient de mieux "atteindre durablement son objectif de 2% d'inflation". Cela permettrait d'"éviter que les attentes d'inflation de la part des consommateurs, des entreprises et des investisseurs ne tombent à un niveau trop bas, comme cela semble être le cas dans plusieurs économies développées", a-t-il conclu.

Les chiffres de l'emploi suggèrent un atterrissage en douceur

Lors de sa courte allocution, Jerome Powell n'a pas commenté directement les chiffres de l'emploi publiés quelques heures plus tôt par le gouvernement. Ces chiffres sont ressortis en demi-teinte pour septembre, mais ils n'ont pas montré d'effondrement du marché de l'emploi comme le craignaient certains, et ont été bien perçus par les marché financiers.

Les créations de postes ont ralenti à 136.000 en septembre contre 150.000 attendus. Toutefois, le chiffre d'août a été revu en nette hausse, de 130.000 à 168.000 créations de postes, et les chiffres de juillet ont eux aussi été révisés à la hausse. En outre, le taux de chômage a baissé à 3,5% en septembre, contre 3,7% un mois plus tôt, un nouveau plus bas depuis près de 50 ans, en décembre 1969. Du côté des salaires, la hausse s'est ralentie à 2,9% sur un an en septembre, alors qu'en août, les salaires horaires affichaient une hausse de 3,2% en glissement annuel.

Une ou deux baisses de taux d'ici à la fin 2019 ?

L'ensemble de ces données a quelque peu rassuré les investisseurs, qui craignaient une dégradation plus brutale du marché de l'emploi, après la publication en début de semaine d'indices d'activité ISM en berne dans l'industrie, et en ralentissement dans les services en septembre. Si l'économie américaine ralentit bel et bien, elle semble s'orienter vers un atterrissage en douceur et non une récession qui entraînerait des turbulences boursières.

Les investisseurs font le pari que la Fed fera le nécessaire pour soutenir l'activité, en abaissant au moins une fois ses taux directeurs d'ici à la fin de l'année. Selon le baromètre FedWatch du CME Group, les chances d'un abaissement d'un quart de point à l'issue de la réunion des 29 et 30 octobre s'établissaient vendredi à 79,6%. Le taux des fed funds serait alors ramené entre 1,50% et 1,75%, après la baisse d'un quart de point du 18 septembre et celle d'un quart de point de juillet. Les marchés sont partagés sur une 2e baisse d'ici à la fin de l'année. La probabilité est ainsi de 42,3% pour un retour à 1,25%-1,50% lors de la réunion du 11 décembre, et de 48,1% pour un niveau de 1,5%-1,75%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.