Etats-Unis : un plan de soutien enfin à portée de main ?

Etats-Unis : un plan de soutien enfin à portée de main ?
Etats-Unis, congrès...

Boursier.com, publié le jeudi 22 octobre 2020 à 22h05

"On y est presque". C'est en ces termes que la présidente de la Chambre des représentants, la Démocrate Nancy Pelosi, a une nouvelle fois exprimé jeudi son "espoir" et son "optimisme" de parvenir à un accord bipartisan avec la Maison Blanche sur un nouveau plan de soutien budgétaire à l'économie américaine.

Les commentaires de Mme Pelosi, qui mène depuis plusieurs semaines les négociations avec le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, ont notamment été partagés jeudi sur Twitter par le journaliste de 'Politico' Jake Sherman. Il a également rapporté que la leader démocrate a ajouté : "je crois que les deux parties veulent parvenir à un accord. Je ne peux pas répondre du désarroi du côté du Sénat".

Un enjeu électoral majeur

A moins de deux semaines de l'élection présidentielle du 3 novembre, ce nouveau plan de soutien (qui s'ajoutera à environ 3.000 Mds$ d'aides publiques votées depuis mars dernier en plusieurs étapes) est devenu un enjeu électoral majeur aux Etats-Unis, chaque camp craignant que l'autre ne s'en attribue le mérite. Il est d'ailleurs peu probable désormais qu'il soit voté avant le 3 novembre. Mme Pelosi a estimé jeudi qu'en cas d'accord "dans les prochains jours, il faudra un moment pour rédiger le projet de loi".

Alors que les mesures prises depuis mars arrivent à leur terme, l'économie américaine reste fragile, avec environ 10 millions d'emplois détruits par la crise sanitaire. Les économistes tablent sur ce nouveau plan pour soutenir la reprise de la croissance, d'autant que les cas de coronavirus ont commencé à remonter aux Etats-Unis dans de nombreux Etats... Mais les milieux financiers s'inquiètent du calendrier, à l'approche de l'élection du 3 novembre, et alors qu'un ultimatum posé par les Démocrates a expiré mardi sans accord.

Trump refuse de financer des Etats démocrates qu'il juge mal gérés

Les négociations se sont malgré tout poursuivies, et la Maison Blanche a amélioré mercredi son offre à 1.900 Mds$, a indiqué le chef de cabinet de Donald Trump, Mark Meadows, sur la chaîne Fox News. Il a ajouté que "les prochaines 24 ou 48 heures seront décisives".

Les Démocrates ont proposé début septembre un plan de 2.200 milliards de dollars, et l'administration Trump, qui s'était d'abord limitée à 1.000 Mds$, semble donc approcher désormais de ce montant, même si des divergences subsistent sur la répartition des aides entre les Etats, les collectivités locales, les entreprises, les particuliers et le système de santé (programme de tests PCR notamment).

Les versements aux Etats et aux collectivité sont l'un des principaux points d'achoppement entre Démocrates et Républicains, ces derniers refusant de subventionner des collectivités qu'ils estiment mal gérées par les Démocrates.

La date du 3 novembre, un faux problème pour les marchés financiers

Même si un compromis était trouvé rapidement entre la Maison Blanche et les Démocrates (majoritaires à la chambre), les observateurs doutent donc de l'adoption du texte par le Sénat avant les élections du 3 novembre. La Chambre haute, contrôlée par les Républicains, rechigne en effet à creuser davantage le déficit budgétaire en votant un vaste "package" de soutien à l'économie.

Donald Trump, qui vise un second mandat, et son adversaire démocrate Joe Biden s'affrontent dans la nuit de jeudi à vendredi dans un 2e et dernier débat télévisé. Le président républicain reste à la traîne dans les sondages nationaux, tandis que le suspense se concentre également sur le résultat des législatives, qui se dérouleront aussi le 3 novembre, avec le renouvellement complet de la Chambre des représentants et du tiers du Sénat, qui pourrait basculer dans le camp démocrate, selon certains sondages.

A Wall Street, les marchés financiers se sont focalisés ces dernières semaines sur la question du "stimulus" budgétaire, que la Réserve fédérale américaine a aussi appelé de ses voeux. Cependant, après avoir espéré un vote avant l'élection du 3 novembre, les marchés estiment que l'important est de savoir qu'un plan est en route, même si son adoption formelle intervenait finalement après cette date.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.