Etats-Unis : Wall Street grimpe, Netflix et Goldman en renfort

Etats-Unis : Wall Street grimpe, Netflix et Goldman en renfort©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 17 avril 2018 à 13h50

Wall Street est orienté dans le vert avant bourse ce mardi. Le S&P500 est attendu en progression de 0,5%, tandis que le Nasdaq prend 0,6%. Les marchés avaient déjà très rapidement encaissé hier les frappes menées par les USA, la France et le Royaume-Uni en Syrie. Les investisseurs se concentrent désormais sur la 'saison' des trimestriels outre-Atlantique. Netflix devrait ainsi être l'une des vedettes du jour, après des résultats convaincants hier.

Goldman Sachs, UnitedHealth et Johnson & Johnson sont également de la partie avant bourse ce mardi à Wall Street. IBM dévoilera ses comptes ce soir, après la clôture.

Les mises en chantier de logements et permis de construire aux USA pour le mois de mars 2018 seront connus à 14h30 (consensus 1,264 million sur les mises en chantier, 1,315 million pour les permis).

Les chiffres de la production industrielle américaine pour le mois de mars seront révélés à 15h15 par la Fed (consensus +0,4% en comparaison du mois antérieur ; +0,2% pour la production manufacturière ; 78% de taux d'utilisation des capacités).

Netflix n'a pas déçu les marchés financiers lundi soir. Le leader mondial des services de vidéo en "streaming" a publié après la clôture de Wall Street des données trimestrielles supérieures aux attentes, notamment en termes de nouveaux abonnés.

Au premier trimestre, le groupe a acquis bien plus de nouveaux abonnés que prévu, avec 7,41 millions supplémentaires, contre 6,5 millions attendus par le consensus, et 6,35 millions prévus par la groupe lui-même. Aux Etats-Unis, les services de Netflix ont convaincu 1,96 million de nouveaux clients contre 1,48 million attendu, et à l'international, les nouveaux abonnés ont atteint 5,46 millions contre 5,02 millions attendus par le cabinet d'études StreetAccount.

Au total, le groupe basé à Los Gatos en Californie comptait 125 millions d'abonnés à la fin mars contre 98,75 millions un an plus tôt (+26,6%).

Les bénéfices trimestriels du groupe sont ressortis en ligne avec les attentes du marché, à 64 cents par action en données ajustées contre 40 cents un an plus tôt. Le bénéfice net a atteint 290 millions de dollars contre 178 M$ au T1 de 2017 (+63%). Le chiffre d'affaires est ressorti légèrement supérieur aux estimations des analystes, à 3,7 milliards de dollars (+40% en un an) contre 3,69 Mds$ de consensus.

Pour le 2ème trimestre, Netflix se montre très optimiste, avec un bénéfice par action attendu à 79 cents, alors que le consensus de 'Thomson Reuters' tablait jusqu'ici sur 65 cents par action. Le groupe prévoit un chiffre d'affaires de 3,93 Mds$ au T2 contre 3,89 Mds$ de consensus 'Thomson Reuters'. Le groupe s'attend à gagner 6,2 millions de nouveaux abonnés sur le 2ème trimestre.

Tesla a tenu à relativiser, après l'annonce d'une suspension temporaire de la ligne d'assemblage de son véhicule grand public, le Model 3. D'après le groupe californien, vedette de l'automobile électrique, cette 'pause' était bien prévue sur le site de Fremont.

Un représentant du groupe, cité par l'agence Reuters, évoque d'ailleurs une période "destinée à améliorer l'automatisation et à traiter de manière systématique les goulots d'étranglement afin d'augmenter les taux de production". 'BuzzFeed', à l'origine de l'information, estime que la suspension de production pourrait durer quatre ou cinq jours...

Hier, le titre Tesla corrigeait de 3% en clôture, suite aux attaques de l'investisseur Harris Kupperman, président de Praetorian Capital, qui comparait Tesla au courtier en énergie Enron, dont la faillite frauduleuse avait secoué le monde de la finance en 2001. Kupperman semble donc du même avis que Jim Chanos, célèbre vendeur à découvert qui avait prédit un effondrement de Tesla en fin d'année dernière.

Facebook pointe dans le vert avant bourse à Wall Street, alors qu'un juge fédéral américain de San Francisco vient pourtant de déclarer recevable une plainte en action collective contre le réseau social californien. La plainte en question ne concerne pas l'affaire Cambridge Analytica, qui avait fait grand bruit ces derniers jours, mais plutôt la mise en place par Facebook d'une technologie de reconnaissance faciale sans autorisation des utilisateurs. Le juge Donato a donc estimé qu'une 'class action' était la manière la plus appropriée de résoudre ce différend, relate l'agence Reuters.

Goldman Sachs, le géant américain de la banque d'affaires, a publié pour le 1er trimestre un bénéfice par action de 6,95$, contre un consensus de place de 5,58$. Les revenus totalisent plus de 10 Mds$ sur le trimestre clos, et se comparent donc très avantageusement à un consensus de 8,8 Mds$. La banque a bénéficié notamment d'un taux d'imposition effectif sur les bénéfices de 17,2% sur le trimestre, contre... 61% de taux annuel 2017. Les activités de trading, soutenues par la volatilité des marchés, impactent très positivement les revenus.

La firme de Wall Street a amélioré ainsi de 27% son bénéfice trimestriel applicable aux actionnaires ordinaires, à 2,74 Mds$ soit 6,95$ par titre, contre 2,16 Mds$ un an auparavant.

UnitedHealth, principal assureur santé américain, a dépassé le consensus de place pour le trimestre clos et rehaussé par ailleurs ses prévisions financières pour l'exercice fiscal ce mardi. Sur l'ensemble de l'exercice, le groupe envisage un bénéfice ajusté par action allant de 12,4 à 12,65$. Pour le seul 1er trimestre fiscal, clos fin mars 2018, le bénéfice net attribuable aux actionnaires s'est élevé à 2,84 Mds$ soit 2,87$ par titre, contre 2,17 Mds$ un an avant. Le bénéfice ajusté trimestriel par action est ressorti à 3,04$, contre 2,89$ de consensus. Les revenus ont progressé de 13% à 55,2 Mds$, alors que le consensus se situait à 54,9 Mds$.

Johnson & Johnson a présenté ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices sont de 4,37 Mds$ (1,60$ par action), contre 4,42 Mds$ (1,61$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 2,06$, en progression de 12,6% en glissement annuel. Les revenus montent également de 12,6% à 20 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2$, pour des revenus de 19,5 Mds$. Sur 2018, le groupe vise désormais des revenus compris entre 81 et 81,8 Mds$ (contre une précédente fourchette de 80,6/81,4 Mds$), pour un bpa entre 8 et 8,20$. J&J annonce en outre sa volonté de mettre en place un plan de modernisation et de réduction des coûts.

IBM publiera ce soir, après la clôture de Wall Street, ses résultats du premier trimestre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 2,41$, pour des revenus de 18,8 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 2,38$, pour des revenus de 18,2 Mds$. Lors de la publication des comptes du T4, IBM avait annoncé viser, sur 2018, un bpa d'au moins 13,8$.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.