Etats-Unis : Wall Street poursuit sa correction

Etats-Unis : Wall Street poursuit sa correction©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 05 février 2018 à 14h11

Wall Street trébuche encore avant bourse ce lundi, après la sévère chute de fin de semaine dernière. Le S&P500 est attendu en déclin de 0,7% et le Nasdaq en baisse de 0,8%.

Les investisseurs s'inquiètent désormais de la remontée des taux de la Fed, qui pourrait ressortir un peu plus rapide qu'attendu cette année, alors que l'inflation semble se réveiller outre-Atlantique. Certains opérateurs tablent donc désormais sur quatre hausses de taux cette année, contre trois pour la majeure partie des spécialistes.

Vendredi, le rapport sur l'emploi américain pour le mois de janvier avait fait ressortir 200.000 créations de postes, ainsi qu'une progression de 2,9% des salaires sur une base annualisée. Les rendements obligataires avaient grimpé suite à ce rapport sur la situation de l'emploi...

Sur le front économique aux États-Unis ce jour, l'indice Markit PMI des services américains pour le mois de janvier 2018 sera annoncé à 15h45 (consensus 53,3).

L'indice ISM des services américains pour le mois de janvier sera quant à lui communiqué à 16 heures (consensus 56,2).

L'intronisation de Jerome Powell en tant que nouveau président de la Fed, succédant à Janet Yellen, a lieu ce lundi.

Bristol-Myers, Booz Allen, Hess et Sysco, annoncent leurs comptes trimestriels avant bourse à Wall Street. Tesla, Walt Disney ou encore General Motors, publieront leurs comptes trimestriels plus tard dans la semaine.

LES VALEURS

Broadcom revient à la charge sur le dossier Qualcomm. Quelques semaines après une première offre non sollicitée repoussée, la firme américaine a décidé d'augmenter sa proposition de 24% et propose désormais 82$ par titre Qualcomm, dont 60$ en cash. Cette nouvelle offre, d'un montant global de... 121 milliards de dollars, matérialise une prime de 24% par rapport au cours de clôture de Qualcomm vendredi soir à Wall Street et de 50% sur le cours du 2 novembre 2017, dernier jour précédant les premières spéculations sur cet éventuel rapprochement.

L'offre améliorée repose sur l'acquisition programmée par Qualcomm de NXP Semiconductors aux conditions déjà dévoilées de 110$ par action NXP ou sur l'abandon de l'opération, précise Broadcom. Ce dernier espère toujours conclure la transaction proposée dans les 12 mois suivant la signature d'un accord définitif.

En cas de succès, l'opération déboucherait sur la création du troisième plus grand fabricant de puces au monde, avec une énorme influence sur la chaîne d'approvisionnement pour les téléphones portables et une présence croissante dans les voitures connectées et les centres de données. Intel et Samsung dominent actuellement un marché des semi-conducteurs en pleine ébullition depuis quelques années.

Bristol-Myers Squibb a publié ses résultats du quatrième trimestre. La perte nette ressort à 2,33 Mds$ (1,42$ par action), contre un bénéfice de 894 M$ (0,53$ par action) un an avant. En base ajustée, sans prendre en compte la réforme fiscale US, le bénéfice par action s'élève à 0,68$, contre 0,63$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'affichent à 5,45 Mds$, contre 5,24 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,67$, pour des revenus de 5,35 Mds$. Sur 2018, le groupe vise un bpa compris entre 3,15 et 3,30$, contre 3,01$ en 2017.

Wells Fargo chute avant bourse à Wall Street. La Fed a lourdement sanctionné la banque américaine, très active dans le crédit immobilier. Après le scandale des comptes fictifs et la controverse concernant les pratiques de crédit de la firme, la croissance des actifs de Wells sera donc gelée. Ainsi, la banque ne pourra dépasser les 1.950 milliards de dollars d'actifs affichés au bilan fin 2017. Pour obtenir la levée des sanctions, la banque californienne devra revoir sa gouvernance et son système de contrôle. Wells estime l'impact sur les résultats annuels 2018 entre 300 et 400 millions de dollars.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.