Eurofins Scientific envisage de distribuer un dividende de 0,68 euro par action

Eurofins Scientific envisage de distribuer un dividende de 0,68 euro par action©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 01 mars 2021 à 07h39

Le groupe Eurofins a réalisé un chiffre d'affaires, une marge et un flux de trésorerie solides au cours de l'exercice 2020, en avance sur ses objectifs, grâce à une réponse rapide au COVID-19 et à la résilience de ses activités principales Le chiffre d'affaires total a augmenté de 19,2%, passant de 4.563 millions d'euros à 5.439 millions d'euros pour l'ensemble de l'exercice 2020, légèrement au-dessus de l'objectif de chiffre d'affaires de 5.400 millions d'euros récemment revu par le Groupe pour l'exercice 2020 et de 8,8% au-dessus de l'objectif de 5.000 millions d'euros fixé en octobre 2018, et déjà revalorisée par rapport à l'objectif initial de 4.000 millions d'euros fixé en octobre 2015. La croissance organique a été forte à 19,3% en 2020 avec 5,1% au S1 2020, 32,7% au S2 2020 et un record de 42,4% au T4 2020.

Le groupe Eurofins a réalisé un chiffre d'affaires, une marge et un flux de trésorerie solides au cours de l'exercice 2020, en avance sur ses objectifs, grâce à une réponse rapide au COVID-19 et à la résilience de ses activités principales
Le chiffre d'affaires total a augmenté de 19,2%, passant de 4.563 millions d'euros à 5.439 millions d'euros pour l'ensemble de l'exercice 2020, légèrement au-dessus de l'objectif de chiffre d'affaires de 5.400 millions d'euros récemment revu par le Groupe pour l'exercice 2020 et de 8,8% au-dessus de l'objectif de 5.000 millions d'euros fixé en octobre 2018, et déjà revalorisée par rapport à l'objectif initial de 4.000 millions d'euros fixé en octobre 2015.
La croissance organique a été forte à 19,3% en 2020 avec 5,1% au S1 2020, 32,7% au S2 2020 et un record de 42,4% au T4 2020.

Les résultats démontrent la résilience du coeur de métier du Groupe (hors chiffre d'affaires des tests cliniques et des réactifs COVID-19), avec une croissance organique positive sur l'exercice 2020 et une croissance organique revenant à 5% au T4 2020 malgré la poursuite des verrouillages dans de nombreux pays.

Le Groupe estime que les tests et réactifs COVID-19 ont généré plus de 800 millions d'euros de chiffre d'affaires au cours de l'exercice 2020. Bien qu'ils aient nécessité des investissements nets supplémentaires et une constitution de stocks, ces activités ont été relutives pour les marges d'EBITDA et le flux de trésorerie. Le Groupe a poursuivi sa stratégie de renforcement de sa position de leader mondial du "Testing for Life" et est entré dans la phase finale de son important programme d'investissements 2015-2020 pour créer un réseau de grands laboratoires de pointe permettant des effets d'échelle, avec les équipements les plus innovants et entièrement numérique avec des solutions informatiques avancées.

L'EBITDA ajusté a augmenté de 52% d'une année sur l'autre à 1.413 millions d'euros en 2020, contre 931 millions d'euros en 2019, soit une marge d'EBITDA ajusté de 26% (+560 points de base en glissement annuel) dépassant les 1.300 millions d'euros ajustés du Groupe.
Le résultat de base ajusté par action (BPA) a augmenté de 107% à 3,63 euros en 2020 contre 1,75 euros en 2019, en grande partie grâce à l'augmentation de la rentabilité et à la baisse des impôts par rapport à l'année dernière.
Le cash-flow opérationnel net a augmenté de manière significative au cours de l'exercice 2020, en hausse de 81% à 1.224 millions d'euros en 2020, contre 678 millions d'euros en 2019. Le besoin en fonds de roulement net s'est établi à 4,5% du chiffre d'affaires du Groupe en 2020 contre 5,3% en 2019 (-80 points de base sur l'année -an).

Le flux de trésorerie disponible pour l'entreprise s'est élevé à 873 millions d'euros, soit une augmentation significative de 143,5% par rapport à 359 millions d'euros en 2019 et bien au-dessus de notre objectif le plus récent de 700 millions d'euros fixé en décembre 2020 et l'objectif initial de 500 millions d'euros initialement fixé en mars 20201, retraité à 600 millions d'euros en octobre 2020 pour refléter le reclassement IFRS 16.

La dette nette de fin d'année a diminué à 2.242 millions d'euros contre 3.245 millions d'euros en 2019 grâce à la forte génération de flux de trésorerie et à une émission d'actions réussie (produit brut total de 535 millions d'euros) en mai 2020. En conséquence, le ratio de levier (net dette divisée par l'EBITDA ajusté pro forma19) a diminué à 1,6x à fin décembre 2020, passant de 2,5x à fin juin 2020 et 3,2x à fin décembre 2019 revenant en dessous de 2x, deux ans avant l'objectif 2022.
Eurofins a réalisé 26 acquisitions au cours de l'année 2020, représentant un chiffre d'affaires pro forma équivalent en année pleine de 103 millions d'euros au cours de l'exercice 2020 et un investissement total de 177 millions d'euros, légèrement supérieur à l'investissement de 171 millions d'euros de l'exercice 2019 et toujours nettement inférieur à 2017 et 2018, reflétant la concentration réduite du Groupe sur les fusions et acquisitions.
Eurofins a l'intention de proposer, lors de sa prochaine Assemblée générale annuelle (AGA), de distribuer un dividende de 0,68 euro par action, correspondant à 25% du BPA de base publié pour l'exercice 2020 attribuable aux actionnaires.

Perspectives

Eurofins confirme ses objectifs financiers 2021 et actualise ses objectifs pour 2022 et se fixe de nouveaux objectifs pour 2023, le tout à taux de change moyen 2020, comme suit : L'évolution de la pandémie COVID-19 et son impact au cours des mois et des années à venir reste très incertain, en particulier compte tenu de l'efficacité inconnue des vaccins sur les nouvelles variantes préoccupantes, conduisant à un large éventail de résultats financiers potentiels.
"Par conséquent, le maintien de notre précédent objectif de chiffre d'affaires pour l'exercice 2021 de 5,45 milliards d'euros initialement fixé le 4 mars 2020, avant que la pandémie ne frappe de manière significative l'Europe et l'Amérique du Nord, apparaît comme la meilleure estimation qui puisse être faite pour l'instant. Cet objectif a été initialement réalisé aux taux de change moyens de 2019 et supposait 200 millions d'euros de fusions-acquisitions consolidées au milieu de l'année 2020 (révisé à la baisse à 150 millions d'euros le 22 octobre 2020), alors qu'il y avait en fait un effet de change négatif de 60 millions d'euros en 2020 et seulement 103 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel de fusions-acquisitions en 2020.
Ces objectifs supposent également un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros de fusions-acquisitions en 2021 consolidé en milieu d'année".

Le Groupe maintient également ses objectifs pour l'exercice 2021 de 1,25 milliard d'euros d'EBITDA ajusté et de 700 millions d'euros de flux de trésorerie disponible pour le cabinet. Cela inclut un objectif de 350 millions d'euros pour les capex nets et de 30 millions d'euros pour le SDI au niveau de l'EBITDA.
Les résultats de 2021 pourraient bien être sensiblement plus élevés que ces objectifs si les tests COVID-19 se poursuivent aux niveaux actuels jusqu'en 2021.

Pour 2022 et 2023, "nous pensons que fixer un objectif de croissance organique annuelle de 5% pour notre coeur de métier (hors tests COVID-19 et revenus de réactifs) est un objectif réalisable. Sur la base de ces objectifs et hypothèses, les revenus du COVID-19 devraient donc atteindre 5,45 milliards d'euros en 2022. Cela conduirait à des ex. Objectifs COVID-19 d'EBITDA ajusté de 1,30 milliard d'euros et de flux de trésorerie disponible de 750 millions d'euros pour l'entreprise".

Pour 2023, sur la base d'une croissance organique de 5%, l'objectif de chiffre d'affaires de COVID-19 est fixé à 5,725 milliards d'euros, et grâce aux progrès continus attendus en matière de rentabilité et de génération de flux de trésorerie, Eurofins fixe des objectifs d'EBITDA ajusté de 1,375 milliard d'euros et de flux de trésorerie disponible de 800 millions d'euros à la société.
Si les objectifs de Free Cash Flow ci-dessus sont atteints tout au long de 2021-2023, sans aucune dépense de M&A au cours de la période, le levier (dette nette sur EBITDA ajusté) devrait tomber en dessous de 1x d'ici la fin de 2023. Ces objectifs organiques reflètent à la fois les opportunités importantes qui s'offrent au groupe, ainsi que la faible visibilité des futures contributions COVID-19. Si les programmes de vaccination n'atteignent pas une immunité suffisante de la population dans de nombreux pays d'ici cet été ou si les variantes préoccupantes réduisent considérablement l'efficacité des vaccins, un niveau de revenus des tests COVID-19 et des réactifs pourrait bien se poursuivre en 2022 et au-delà, ainsi que certaines perturbations du marché...

À l'heure actuelle, Eurofins continue de réaliser d'importants volumes de tests COVID-19 et prévoit que cette activité se poursuivra à un certain niveau au moins en 2021. En plus de ces objectifs organiques, alors que les fusions et acquisitions ne sont pas actuellement une priorité, Eurofins considère un scénario probable qu'il peut ajouter 150 millions d'euros de revenus proforma d'acquisitions en 2021 et 200 millions d'euros en 2022 et 2023. En incluant ces activités M&A, le chiffre d'affaires du Groupe atteindrait 5,70 milliards d'euros en 2022 et 6,175 milliards d'euros en 2023 s'il atteint ses objectifs organiques.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.