Eutelsat : comptes publiés et prévisions confirmées

Eutelsat : comptes publiés et prévisions confirmées
espace satellite navette Eutelsat spatial

Boursier.com, publié le vendredi 15 février 2019 à 07h44

Le chiffre d'affaires total du premier semestre de l'exercice fiscal 2018-19 d'Eutelsat est ressorti à 658 millions d'euros, en baisse de 4,4% à normes comptables constantes.
Le chiffre d'affaires des 5 activités opérationnelles (hors Autres Revenus) est en baisse de 2,4% sur une base comparable compte tenu d'un effet périmètre négatif à hauteur d'environ 0,5 point (effet de la cession de la participation d'Eutelsat dans le satellite EUTELSAT 25B net de l'acquisition de Noorsat) et d'un effet de change positif d'environ 0,5 point.

Le chiffre d'affaires du deuxième trimestre ressort à 323 millions d'euros, en baisse de 5,7% à normes comptables constantes. Le chiffre d'affaires des cinq activités opérationnelles s'établit à 326 millions d'euros, en baisse de 3,0% sur douze mois et de 2,2% par rapport au trimestre précèdent sur une base comparable.

Le carnet de commandes s'établit à 4,6 milliards d'euros au 31 décembre 2018 contre 4,7 milliards d'euros un an plus tôt et 4,6 milliards d'euros à fin juin 2018. La stabilité par rapport à fin juin reflète notamment la comptabilisation dans le carnet de commandes des revenus futurs liés aux engagements fermes d'Orange et de Thales sur KONNECT VHTS ainsi que les nouveaux contrats pour le maritime et avec les télédiffuseurs éthiopiens dans la Vidéo qui ont compensé l'effet de périmètre lié à la cession d'EUTELSAT 25B, l'impact de l'adoption de la norme IFRS 15 et la consommation naturelle du carnet.

Le carnet de commandes équivaut à 3,3 fois le chiffre d'affaires de l'exercice 2017-18 et la Vidéo représente 77% du total.

L'EBITDA s'élève à 518 millions d'euros au 31 décembre 2018 contre 546 millions d'euros un an plus tôt, en baisse de 5%. La marge d'EBITDA s'établit à 78,8% (79% à taux de change constant), comparé à 79,4% l'année précédente compte tenu d'un niveau d'Autres Revenus - qui ont peu de coûts associés - moins élevé que l'an dernier, de l'effet dilutif des changements de périmètre ainsi que des coûts de lancement liés au projet Konnect Africa. Le plan LEAP progresse en ligne avec les attentes et est en bonne voie pour atteindre l'objectif de 30 millions d'euros d'économies de coûts pour l'année fiscale.

Le résultat net attribuable au Groupe ressort à 150 millions d'euros, comparé à 158 millions d'euros un an plus tôt, soit une baisse de 5%. Il représente une marge nette de 23%. Ceci reflète :

Des dotations aux amortissements quasiment inchangées ((258) millions d'euros au 31 décembre 2018 contre (254) millions d'euros un an plus tôt) ;
D'autres produits opérationnels de 36 millions d'euros reflétant principalement la plus-value liée à la cession de la part d'Eutelsat dans le satellite EUTELSAT 25B en août 2018 ;
Un résultat financier de (53) millions d'euros (contre (56) millions d'euros un an plus tôt), reflétant principalement l'évolution du résultat de change lié aux éléments de bilan ;
Un taux d'impôt de 35% (contre 27% un an plus tôt) qui ne tient pas compte des conséquences éventuelles des nouvelles dispositions de la Loi de Finances 2019 mentionnées précédemment. Pour rappel, le taux d'imposition de l'exercice précédent incluait la reconnaissance d'un produit d'impôt différé exceptionnel lié à l'évolution future du taux d'impôt sur les sociétés en France ainsi que le plein impact du remboursement de la taxe sur les dividendes de 3% payée pour les exercices antérieurs.

FLUX DE TRESORERIE

Au premier semestre 2018-19, les flux de trésorerie provenant des opérations d'exploitation ressortent à 379 millions d'euros, soit 33 millions d'euros de moins qu'un an plus tôt. Ceci reflète principalement la baisse de l'EBITDA en partie en raison d'impacts de change et de périmètre négatifs.

Les investissements "cash" se sont élevés à 130 millions d'euros, pleinement en ligne avec les prévisions. Pour rappel, les investissements "cash" du premier semestre de l'année dernière ne s'élevaient qu'à 53 millions d'euros, un niveau qui n'était pas représentatif de celui de l'exercice.

Les intérêts et autres frais financiers payés nets des produits d'intérêts reçus ressortent à 24 millions d'euros contre 21 millions d'euros un an plus tôt.

Le cash-flow libre discrétionnaire ressort ainsi à 225 millions d'euros (235 millions à taux de change et périmètre constants), en baisse de 34% sur une base publiée et de 30% à taux de change et périmètre constants, une évolution qui reflète principalement le phasage des investissements et n'est pas représentative de la totalité de l'exercice.

STRUCTURE FINANCIERE

L'endettement net ressort à 3 304 millions d'euros au 31 décembre 2018, en hausse de 63 millions d'euros par rapport à fin juin 2018. Cette évolution reflète, d'une part, la génération d'un cash-flow libre discrétionnaire de 225 millions d'euros au premier semestre ainsi que l'encaissement de la moitié du prix de cession d'EUTELSAT 25B (68 millions d'euros) et, d'autre part, le paiement de 310 millions d'euros de dividende ainsi que l'impact d'IFRS 16 qui accroît l'endettement net de 44 millions d'euros. Les autres éléments liés principalement aux contrats de crédit export et de location financement, à l'évolution de la part change du cross-currency swap ainsi qu'au dénouement de produits dérivés ont contribué à l'augmentation de l'endettement net pour un montant net de 1 million d'euros.

Le ratio d'endettement net rapporté à l'EBITDA s'établit ainsi à 3,1, en amélioration par rapport à fin décembre 2017 (3,3). Pour rappel, le mois de décembre constitue un point haut en termes d'endettement net annuel compte tenu du calendrier de paiement du dividende.

La maturité moyenne de l'endettement du Groupe s'établit désormais à 2,7 années contre 2,5 années au 31 décembre 2017. Le coût moyen de la dette tirée par le Groupe après effet des instruments de couverture s'établit à 2,8% (2,9% au S1 2017-18). Retraités du remboursement de l'échéance de 800 millions d'euros en janvier 2019, ces indicateurs ressortent respectivement à 3,4 années et 2,2%.

La liquidité du Groupe reste importante avec des lignes de crédit disponibles non utilisées à hauteur de 650 millions d'euros et une trésorerie de 677 millions d'euros en sus des 800 millions d'euros destinés au remboursement à l'échéance de l'obligation de janvier 2019.

DIVIDENDE

L'Assemblée Générale du 8 novembre 2018 a décidé la mise en distribution, au titre de l'exercice clos le 30 juin 2018, d'un dividende de 1,27 euro par action contre 1,21 euro pour l'exercice précédent. Le dividende a été payé le 22 novembre 2018.

PERSPECTIVES

La tendance sous-jacente des 5 activités opérationnelles est globalement conforme à nos attentes. Le second semestre bénéficiera de la montée en puissance de Konnect Africa (Haut Débit Fixe), des contrats avec China Unicom sur EUTELSAT 172B et pour le maritime sur plusieurs positions orbitales (Connectivité Mobile) ainsi que de l'amélioration attendue de la Vidéo compte tenu d'une base de comparaison plus facile pour Fransat, des nouveaux contrats signés (télédiffuseurs Ethiopiens, Orange Slovensko, Afghanistan Broadcasting System) et des autres opportunités commerciales en passe de se concrétiser. Le Groupe confirme ainsi son objectif d'un chiffre d'affaires 10 "globalement stable" pour l'exercice en cours avec un retour à une "légère croissance" à partir de l'exercice 2019-20.

Tous les autres objectifs financiers sont également confirmés :

La marge d'EBITDA (à taux de change constant) est attendue au-dessus de 78% à compter de l'exercice 2018-19 en incluant l'impact des normes IFRS 15 et IFRS 16.
L'objectif d'investissements "cash" est attendu à un montant de 400 millions d'euros en moyenne par an entre juillet 2017 et juin 2020.

L'objectif pour le cash-flow libre discrétionnaire 13 est un taux de croissance annuel moyen sur trois ans attendu dans le milieu de la fourchette à un chiffre entre juillet 2017 et juin 2020 (à taux de change constant et hors effet de la cession d'EUTELSAT 25B).

Le Groupe entend maintenir une solide structure financière pour étayer sa note de crédit de qualité "investissement". Le Groupe vise un ratio d'endettement net sur EBITDA inférieur à 3x.

Dans le même temps, le Groupe confirme sa politique de dividende stable ou progressif...

Commentant l'activité du premier semestre, Rodolphe Belmer, Directeur Général d'Eutelsat Communications, a déclaré : " Eutelsat a réalisé un premier semestre solide et, comme anticipé, le profil de chiffre d'affaires devrait être plus favorable au deuxième semestre. La rentabilité est restée robuste et le ratio d'endettement s'est encore amélioré. Nous avons continué de faire levier sur toutes les composantes de la génération de trésorerie, avec un plan d'économies LEAP en bonne voie, la mise en oeuvre efficace de la conception par les coûts pour le remplacement de la constellation HOTBIRD, la réussite d'une émission obligataire de 800 millions d'euros en octobre et la cession de notre participation dans EUTELSAT 25B. Par ailleurs, les nouvelles dispositions incluses dans la Loi de Finances 2019 sont susceptibles d'avoir un impact positif significatif sur notre charge d'impôt, bien que celui-ci ne puisse être évalué de manière fiable à ce stade.
Au niveau commercial, le service de Haut Débit Konnect Africa est progressivement lancé dans plusieurs pays, et son accueil initial renforce notre confiance dans le fort potentiel de cette activité. Par ailleurs, nous avons signé de nouveaux contrats ou des renouvellements dans la plupart de nos activités opérationnelles avec notamment les premiers accords pour la plateforme CIRRUS récemment lancée ainsi que des contrats de capacité pour l'application Vidéo, et un contrat portant sur plusieurs répéteurs pour de la connectivité maritime. D'autres opportunités commerciales pourraient se concrétiser au deuxième semestre.
Par conséquent, nous continuons à viser un chiffre d'affaires de nos activités opérationnelles globalement stable pour l'ensemble de l'exercice, et nous sommes confiants dans notre capacité à atteindre nos objectifs de rentabilité, de cash-flow libre discrétionnaire et de désendettement."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.