Eutelsat publie ses résultats annuels 2017-2018

Eutelsat publie ses résultats annuels 2017-2018
espace satellite navette Eutelsat spatial

Boursier.com, publié le mercredi 01 août 2018 à 08h24

Le chiffre d'affaires d'Eutelsat pour l'exercice 2017-18 ressort à 1.407,9 millions d'euros, soit une baisse de 1,9% à périmètre et taux de change constants. Par rapport aux données publiées, le chiffre d'affaires est en repli de 4,7% compte tenu d'un effet de périmètre positif de 0,4 point (acquisition de Noorsat partiellement compensée par les cessions de Wins/DHI et DSAT Cinema) et d'un effet de change négatif pour 3,2 points. Hors Autres Revenus, le chiffre d'affaires des cinq activités opérationnelles est en repli de 1,3% à périmètre et taux de change constants.

Au quatrième trimestre 2017-18, le chiffre d'affaires ressort à 373,9 millions d'euros, en hausse de 4,3% par rapport au quatrième trimestre de l'exercice 2016-17 sur la base du publié et de 7,6% à périmètre et taux de change constant. Hors Autres Revenus, le chiffre d'affaires des 5 activités opérationnelles est en repli de 0,7% à périmètre et taux de change constants, une tendance qui s'est améliorée au cours de l'exercice (-2,2% au deuxième trimestre par rapport au deuxième trimestre de l'exercice précédent, -1,1% au troisième trimestre).

Par rapport au troisième trimestre de l'exercice 2017-18, le chiffre d'affaires progresse de 10,8% sur la base du publié, de 11,0% à périmètre et taux de change constants et de 0,3% pour les cinq activités opérationnelles (-0,4% au deuxième trimestre par rapport au premier trimestre, -0,3% au troisième trimestre par rapport au deuxième trimestre).

Le carnet de commandes s'établit à 4,6 milliards d'euros au 30 juin 2018, en diminution de 12% sur un an, reflétant principalement l'impact de l'intégration de Noorsat (-0,4 millard d'euros). Les contrats signés au cours de l'exercice et comptabilisés dans le carnet de commandes incluent notamment les renouvellements avec Cyfrowy Polsat et TVN à la position orbitale HOTBIRD, ainsi que le nouveau contrat avec UnicomAirNet à la position orbitale 172o Est et le contrat avec Taqnia à plusieurs positions orbitales.

Le carnet de commandes équivaut à 3,2 fois le chiffre d'affaires de l'exercice 2017-18 et la Vidéo représente 83% du total.

L'EBITDA du Groupe ressort à 1 076,9 millions d'euros contre 1 133,6 millions d'euros au 30 juin 2017, soit un recul de 5,0%.
Le plan d'économies de coûts "LEAP" est en avance sur nos prévisions et a généré 24 millions d'euros d'économies de coûts contre un objectif de 15 millions d'euros pour l'exercice 2017-18.

Ainsi, malgré d'Autres Revenus (qui ont peu de coûts associés) moins élevés que l'an dernier et l'effet légèrement dilutif de l'intégration de Noorsat, la marge d'EBITDA s'établit à 76,9% à taux de change constant (76,5% sur la base du publié), contre 76,7% l'an dernier.

Le résultat net attribuable au Groupe ressort à 290,1 millions d'euros, comparé à 351,8 millions d'euros un an plus tôt, soit un repli de 17,5%. Il représente une marge nette de 21%. Ceci reflète principalement :

La baisse de l'EBITDA ;
Une diminution des dotations aux amortissements de 26,9 millions d'euros du fait de dotations moins élevées pour les satellites ayant été désorbités ou déjà intégralement amortis, qui ne sont pas compensées par l'effet de la capacité entrée en service au cours des 18 derniers mois (EUTELSAT 172B et EUTELSAT 117 WEST B) ;
D'autres charges opérationnelles pour un montant de -18,5 millions d'euros qui incluent notamment un effet comptable exceptionnel lié à l'acquisition de Noorsat alors que le produit de 14,1 millions d'euros enregistré l'an dernier incluait la plus-value sur la cession de Wins/DHI ;
Un résultat financier de -105,2 millions d'euros, soit une charge moins élevée que l'an dernier (-130,9 millions d'euros). Ceci reflète d'une part l'amélioration du coût de la dette (-95,2 millions d'euros contre -125,7 millions d'euros), compte tenu principalement du remboursement d'une émission obligataire de 850 millions d'euros en mars 2017 et, d'autre part, une évolution des " Autres éléments financiers " (-10,1 millions d'euros contre -5,2 millions d'euros un an plus tôt) qui correspond essentiellement à la variation négative du résultat de change et de la juste valeur des instruments financiers dérivés ;
Un taux d'impôt de 32,0% en 2017-18, qui inclut notamment la reconnaissance d'un produit d'impôt différé exceptionnel, compte tenu de la réduction future du taux d'impôt sur les sociétés en France. Pour rappel, le taux d'impôt de 24,8% enregistré en 2016-17 reflétait également le caractère partiellement non imposable de la plus-value de cession de Wins/DHI.

CASH-FLOW DISCRÉTIONNAIRE

Les flux de trésorerie provenant des opérations d'exploitation du Groupe ressortent à 880,8 millions d'euros par rapport à 982,9 millions d'euros pour l'exercice précédent, soit un repli de 102,1 millions d'euros. Ceci reflète principalement la baisse de l'EBITDA, des décaissements d'impôts légèrement plus élevés compte tenu du calendrier des versements ainsi qu'une évolution défavorable de la variation du besoin en fonds de roulement par rapport à la base de comparaison exigeante de l'exercice précédent.

Les investissements "cash" se sont élevés à 358,2 millions d'euros9 en 2017-18 contre 414,4 millions d'euros un an plus tôt, un niveau inférieur à l'objectif de 420 millions d'euros par an en moyenne sur trois exercices, compte tenu du phasage des différents programmes de satellites et de la bonne maîtrise des investissements. Ils incluent les premiers paiements liés au satellite KONNECT VHTS ainsi que pour le remplacement de la constellation HOTBIRD.

Les intérêts et autres frais financiers payés nets des produits d'intérêts reçus ressortent à 107,9 millions d'euros (160,7 millions d'euros un an plus tôt). La réduction de 52,8 millions reflète principalement le remboursement de la souche obligataire de 850 millions en mars 2017.

Le cash-flow libre discrétionnaire 10 ressort ainsi à 414,7 millions d'euros pour l'exercice clos le 30 juin 2018, en hausse de 6,9 millions (soit +1,7%) et de 11,9% à taux de change constant.

STRUCTURE FINANCIERE

L'endettement net ressort à 3 241,6 millions d'euros au 30 juin 2018, contre 3 640,7 millions d'euros un an plus tôt, soit un désendettement de 399,1 millions d'euros. Le cash-flow libre discrétionnaire couvre largement le paiement des dividendes (295,4 millions d'euros si l'on inclut le dividende payé aux intérêts minoritaires).

Les acquisitions/cessions d'actifs (cession de la participation dans Hispasat et acquisition de Noorsat et d'une quote-part minoritaire de Broadband for Africa) ont généré un encaissement net de 206,2 millions d'euros alors que la part change du cross-currency swap - qui est inclue dans l'endettement net - a diminué de 16,1 millions d'euros. La diminution du montant des contrats de crédit export et de location financement - contribue à hauteur de 57,4 millions d'euros au désendettement.

Le ratio d'endettement net rapporté à l'EBITDA s'établit à ainsi à 3, en amélioration de 0,2 point par rapport au 30 juin 2017.

La maturité moyenne de l'endettement du Groupe s'établit désormais à 2,2 années contre 3 années au 30 juin 2017. Le coût moyen de la dette tirée par le Groupe (après effet des instruments de couverture) s'établit à 2,9%, en amélioration par rapport au niveau de 3,1% pour l'exercice 2016-17.
La liquidité du Groupe reste importante avec des lignes de crédit disponibles non utilisées à hauteur de 650 millions d'euros et une trésorerie de 734 millions d'euros.

DIVIDENDE

Le 31 juillet 2018, le Conseil d'administration a décidé de soumettre à l'approbation de l'Assemblée Générale annuelle des actionnaires du 8 novembre 2018, la distribution d'un dividende de 1,27 euro par action contre 1,21 euro par action pour l'exercice précédent, soit une croissance de 5%, en ligne avec l'engagement du Groupe de verser un dividende stable ou en progression.

Le dividende sera payé le 22 novembre 2018, sous réserve du vote de l'Assemblée Générale.

IMPACT DE L'ADOPTION DES NORMES IFRS 15 ET IFRS 16

Les normes IFRS 15 et IFRS 16 sont adoptées dans les Etats financiers consolidés du Groupe à compter de l'exercice ouvert le 1er juillet 2018. Les principaux impacts de la norme IFRS 15 sont liés au séquençage de la reconnaissance du chiffre d'affaires et des charges ou à des reclassements entre les charges et le chiffre d'affaires pour des éléments tels que les contributions marketing et techniques et, dans l'activité de Haut Débit Fixe, les ventes de terminaux et les coûts d'acquisition client.

L'adoption de la norme IFRS 16 impliquera la capitalisation des contrats de location simple, qui étaient auparavant reconnus en charges d'exploitation.

Le Groupe a décidé d'appliquer la norme IFRS 15 de façon rétrospective, en retraitant la période comparative publiée, et la norme IFRS 16 selon la méthode rétrospective simplifiée, sans retraitement des périodes comparatives.

Au total, l'impact de la norme IFRS 15 est estimé à entre -15 et-20 millions d'euros sur le chiffre d'affaires 2017-18 (dont -15 à -20 millions d'euros pour les cinq activités opérationnelles). Il est rappelé que la norme IFRS 16 n'a pas d'impact sur le chiffre d'affaires.

L'impact combiné des normes IFRS 15 et IFRS 16 devrait être de l'ordre de +1 point sur la marge d'EBITDA et de l'ordre de +30 millions d'euros sur l'endettement financier net. Il est estimé à entre +5 et +10 millions d'euros d'"Investissements cash" additionnels. Il n'y a pas d'impact net sur le cash-flow libre discrétionnaire.

PERSPECTIVES

"Note : La nature moins prévisible des Autres Revenus (non-récurrents, non liés à la commercialisation de capacité) nous conduit à les exclure de nos objectifs de chiffre d'affaires à partir de l'exercice 2018-19" précise le groupe.

L'ensemble des objectifs financiers sont confirmés ou améliorés.

Le chiffre d'affaires pour les cinq activités opérationnelles (à taux de change et périmètre constants et à normes IFRS 15 constantes) devrait être en légère croissance à partir de l'exercice 2018-19.
La marge d'EBITDA (à taux de change constant) est attendue au dessus de 78% à compter de l'exercice 2018-19 en incluant l'impact des normes IFRS 15 et IFRS 16.
L'objectif d'investissements "cash" est réduit à un montant de 400 millions d'euros en moyenne par an entre juillet 2017 et juin 2020 (contre 420 millions d'euros par an en moyenne auparavant sur la même période) compte tenu de l'effet positif de la politique de conception par les coûts.
Pour le cash-flow libre discrétionnaire, l'objectif d'un taux de croissance annuel moyen sur trois ans (à taux de change constant) dans le milieu de la fourchette à un chiffre par rapport au montant de l'exercice 2016-17 est confirmé.
Le Groupe entend maintenir une solide structure financière pour étayer sa note de crédit de qualité "Investissement". Le Groupe vise un ratio d'endettement net sur EBITDA inférieur à 3x.

Dans le même temps, le Groupe confirme sa politique de dividende stable ou progressif.

Commentant les résultats de l'exercice, Rodolphe Belmer, Directeur général d'Eutelsat Communications, a déclaré : "Je suis heureux d'annoncer que nous avons pleinement atteint tous nos objectifs financiers pour la deuxième année consécutive. En particulier, je tiens à souligner l'amélioration progressive des tendances de nos activités opérationnelles au cours de l'exercice. Par ailleurs, en termes de discipline financière, nous sommes en avance sur nos prévisions concernant le Plan d'économies LEAP. La mise en oeuvre efficace de l'approche de conception par les coûts, dont le renouvellement de la constellation HOTBIRD est un excellent exemple, nous permet de réduire une nouvelle fois notre enveloppe d'investissement. La cession de notre participation dans Hispasat nous permet d'accélérer nos efforts de désendettement. Au niveau opérationnel, d'importantes mesures ont été prises pour matérialiser notre stratégie de croissance dans la connectivité avec la commande du satellite KONNECT VHTS. Au cours de l'exercice nous avons également délivré une performance commerciale solide, qui nous place en bonne position pour réussir notre retour à une légère croissance en 2018-19. L'ensemble de nos autres objectifs financiers est également confirmé et nous proposerons à l'Assemblée Générale de relever le dividende de 5% à 1,27 euros par actions compte tenu de la forte croissance du cash-flow, témoignant ainsi de notre confiance dans les perspectives du Groupe".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU