Face au coronavirus, la BCE très attendue ce jeudi

Face au coronavirus, la BCE très attendue ce jeudi©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 11 mars 2020 à 23h45

Alors que la propagation du coronavirus s'accélère dans la zone euro, la Banque centrale européenne est très attendue, ce jeudi à l'issue de sa réunion de politique monétaire. Sa présidente Christine Lagarde a d'ores et déjà assuré ces derniers jours que l'institution étudie "tous les outils à sa disposition", en particulier ceux permettant de fournir des financements très bon marché et évitant un assèchement de la liquidité sur les marchés.

Lors d'une vidéoconférence organisée mardi soir, Mme Lagarde a aussi prévenu les dirigeants politiques de l'Union Européenne que sans réponse concertée face au coronavirus, l'Europe pourrait faire face à un choc économique comparable à celui de la crise de 2008... En revanche, en cas de réponse appropriée, le choc ne serait probablement que temporaire, a-t-elle ajouté.

La décision du conseil de la BCE sera annoncée par communiqué de presse à 13h45, et sera suivie d'une conférence de presse de Christine Lagarde à partir de 14h30.

Le taux de dépôt enfoncé en terrain encore plus négatif ?

La BCE dispose d'une marge de manoeuvre moins importante que la Réserve fédérale américaine pour réduire ses taux directeurs. La Fed a réduit dès le 3 mars dernier son taux des "fed funds" d'un demi-point pour le ramener entre 1% et 1,25%. Du coté de la BCE, le principal taux directeur, le taux "refi", est déjà au plancher, et son taux de dépôt est négatif (à -0,5%), mais la BCE dispose encore d'outils non conventionnels pour agir sur la liquidité et le crédit...

Selon un consensus de marché établi par 'Reuters', la BCE devrait annoncer jeudi une nouvelle baisse de 10 points de base de son taux de dépôt, qui passerait ainsi de -0,5% à -0,6%. Ce taux négatif, appliqué aux réserves excédentaires que les banques placent auprès de la BCE, correspond donc à une pénalité pour les banques, ce qui devrait les encourager à prêter aux acteurs économiques plutôt qu'à confier leurs liquidités à la BCE.

Vers une aide accrue aux entreprises à travers des prêts bancaires ciblés

En outre, selon le consensus, la banque centrale européenne devrait augmenter ses rachats d'obligations d'entreprises, dans le cadre de son programme de rachat d'actifs ("QE"). La BCE a repris ce programme d'achats depuis novembre 2019 au rythme de 20 milliards d'euros par mois.

Jeudi, la banque centrale pourrait donc augmenter la part des obligations d'entreprises qu'elle achète, ce qui fournirait de la liquidité et stabiliserait ce marché de la dette "corporate". Certains pensent qu'elle pourrait aussi accroître le montant total des achats au-delà de 20 MdsE par mois.

Une autre piste probable attendue dès la réunion de jeudi par certains investisseurs est celle d'un assouplissement des conditions des prêts ciblés de la BCE aux banques de la zone euro (programme dit "TLTRO"). Les prêts pourraient ainsi être orientés vers les banques s'engageant à prêter aux PME des secteurs les plus affectés par la crise du coronavirus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.