Faurecia : finalement sanctionné, guidance trop prudente ?

Faurecia : finalement sanctionné, guidance trop prudente ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 19 avril 2021 à 16h25

Faurecia, qui avait démarré la séance dans le vert, perd désormais 3% à 47,1 euros sur le marché parisien. Le groupe a dévoilé des revenus trimestriels légèrement supérieurs aux attentes mais certains trouvent décevant le fait que la guidance annuelle n'ait pas été rehaussée. L'équipementier automobile a fait état d'un chiffre d'affaires de 4,005 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année, en hausse de 8,9% en données publiées et de 12,2% en organique, avec une forte surperformance dans toutes les régions. Le consensus tablait sur des recettes de 3,96 MdsE. Le groupe a confirmé ses objectifs 2021, à savoir des ventes supérieures ou égales à 16,5 milliards d'euros avec une surperformance de plus de 600 pb, une marge opérationnelle d'environ 7%, proche des niveaux pré-Covid, un cash-flow net d'environ 500 millions d'euros et un ratio dette nette/EBITDA inférieur à 1,5x en fin d'exercice.

Faurecia, qui avait démarré la séance dans le vert, perd désormais 3% à 47,1 euros sur le marché parisien. Le groupe a dévoilé des revenus trimestriels légèrement supérieurs aux attentes mais certains trouvent décevant le fait que la guidance annuelle n'ait pas été rehaussée. L'équipementier automobile a fait état d'un chiffre d'affaires de 4,005 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année, en hausse de 8,9% en données publiées et de 12,2% en organique, avec une forte surperformance dans toutes les régions. Le consensus tablait sur des recettes de 3,96 MdsE. Le groupe a confirmé ses objectifs 2021, à savoir des ventes supérieures ou égales à 16,5 milliards d'euros avec une surperformance de plus de 600 pb, une marge opérationnelle d'environ 7%, proche des niveaux pré-Covid, un cash-flow net d'environ 500 millions d'euros et un ratio dette nette/EBITDA inférieur à 1,5x en fin d'exercice.

"Au second trimestre et en tenant compte des effets négatifs de la pénurie de composants électroniques, nous afficherons une très forte croissance organique des ventes et surperformance, grâce au démarrage de production de nouveaux programmes", a commenté Patrick Koller, le directeur général du groupe. "Nous sommes en très bonne voie pour atteindre tous nos objectifs financiers pour l'exercice ainsi que notre objectif en termes de prises de commandes".

RBC Capital ('performance sectorielle') note que la société a maintenu sa prévision de croissance de la production automobile mondiale en 2021 à environ 8%, ce qui est inférieur à la dernière estimation d'IHS Markit de près de 13% et à celle de RBC de +10%, en raison principalement de la pénurie de puces.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.