Faut-il attendre de grandes annonces de la BCE jeudi?

Faut-il attendre de grandes annonces de la BCE jeudi?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 12 décembre 2018 à 16h16

La BCE devrait garder le cap. La dernière réunion de l'année de l'Institution monétaire, prévue demain, devrait permettre à Mario Draghi de confirmer l'arrêt du programme de rachats d'actifs et ce malgré le coup de moins bien de l'économie européenne. Comme le souligne Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires d'AllianzGI, la BCE estime le ralentissement temporaire, la lecture des indicateurs souffrant par ailleurs de la comparaison avec le pic de croissance en 2017.

Nouvelles révisions de croissance et d'inflation

"Si l'on n'attend donc pas d'annonce surprise le 13 décembre, il sera toutefois intéressant de prendre connaissance des nouvelles prévisions de croissance et d'inflation, intégrant 2021 pour la première fois, et notamment d'analyser l'influence du ralentissement récent sur les perspectives à moyen terme de la BCE. La croissance notamment devrait être, selon nous, légèrement révisée en baisse, malgré un prix du pétrole moins élevé qui devrait réinjecter du pouvoir d'achat et en conséquence stimuler l'inflation coeur".

Des indications mais rien de très précis?

Malgré l'arrêt attendu du QE, la politique de la BCE restera accommodante via notamment son programme de réinvestissements. Mario Draghi pourrait, à ce sujet, donner des précisions alors que nombreuses inconnues demeurent. Comme le note Franck Dixmier, la BCE n'a en effet toujours pas indiqué combien de temps les réinvestissements dureront, ni les maturités des nouveaux titres achetés, ni l'allocation entre achat de dette publique et dette privée. La BCE pourrait par ailleurs fournir des indications sur son calendrier de futures hausses des taux et revenir sur la possibilité de mettre en place des programmes de liquidités pour répondre aux besoins des banques en cas d'asséchement du marché (LTRO). Les détails devraient néanmoins être limités dans la mesure où la BCE souhaite conserver des marges de manoeuvres et une certaine capacité de réaction en fonction de l'évolution du contexte économique.

Conserver une large de manoeuvre

Même son de cloche chez Adrian Hilton, responsable taux et devises chez Columbia Threadneedle Investments. L'expert estime qu'il est fort probable que le conseil des gouverneurs confirme que les achats d'actifs nets, dans le cadre de son programme d'assouplissement quantitatif, se termineront dans les délais prévus ce mois-ci et que les réinvestissements d'actifs arrivant à échéance se poursuivront sans date de fin déterminée. Il est possible que M.Draghi apporte quelques ajustements aux prévisions concernant le calendrier de la première hausse des taux, mais Adrian Hilton s'attend à ce que les recommandations actuelles soient suffisamment vagues pour lui permettre d'éviter un changement sérieux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.