Fed : réunion mercredi, tapering au quatrième trimestre ?

Fed : réunion mercredi, tapering au quatrième trimestre ?
Fed siège de la Réserve fédérale américaine - Washington

Boursier.com, publié le lundi 26 avril 2021 à 10h24

Après la BCE et la Banque du Canada la semaine passée, la Fed sera au centre des attentions mercredi. Si aucun bouleversement n'est attendu, les investisseurs anticipent déjà la prochaine étape, à savoir le fameux 'tapering'. Compte tenu du fort redressement de la première économie mondiale, les économistes interrogés par Bloomberg estiment désormais que la Réserve fédérale devrait commencer à réduire ses achats mensuels d'actifs de 120 milliards de dollars avant la fin de l'année, soit un peu plus tôt que prévu le mois dernier. La première hausse des taux d'intérêt n'est en revanche toujours pas attendue avant 2023.

Après la BCE et la Banque du Canada la semaine passée, la Fed sera au centre des attentions mercredi. Si aucun bouleversement n'est attendu, les investisseurs anticipent déjà la prochaine étape, à savoir le fameux 'tapering'. Compte tenu du fort redressement de la première économie mondiale, les économistes interrogés par Bloomberg estiment désormais que la Réserve fédérale devrait commencer à réduire ses achats mensuels d'actifs de 120 milliards de dollars avant la fin de l'année, soit un peu plus tôt que prévu le mois dernier. La première hausse des taux d'intérêt n'est en revanche toujours pas attendue avant 2023.

Selon l'enquête, environ 45% des économistes interrogés s'attendent à ce que le Comité de politique monétaire de la Fed annonce un tapering au quatrième trimestre, 14% d'entre eux estimant que cela se produira au cours des trois mois précédents. D'ici là, la Fed devrait réaffirmer son intention d'ajuster ses achats d'actifs que lorsque l'économie américaine aura réalisé de "nouveaux progrès substantiels" vers ses objectifs en matière d'emploi et d'inflation. Jerome Powell a par ailleurs indiqué à plusieurs reprises qu'il alertera le marché bien avant d'opérer un tel changement.

"Nous pensons que c'est trop tôt, étant donné l'insistance de la Fed à se concentrer sur les données économiques "dures" et non sur les attentes d'amélioration", a déclaré à l'agence Gero Jung, économiste en chef chez Mirabaud Asset Management. "À notre avis, la Fed veut voir une séquence de données très positives -- comme les chiffres de l'emploi de mars -- avant de commencer à amorcer un processus de réduction progressive".

Dans le même sens, Franck Dixmier, Global CIO Fixed Income d'AllianzGI, estime "que la Fed va continuer à adopter une approche très pragmatique basée sur les faits, et non sur les anticipations, comme l'a indiqué récemment Richard Clarida, son vice-chairman. L'action de la Fed sera déterminée par les chiffres de l'emploi et de l'inflation. Ainsi, la Réserve fédérale américaine se place dans un mode " réactif " plutôt que " proactif ", et assume un positionnement "behind the curve". Elle devrait toutefois rester particulièrement vigilante sur l'inflation, comme l'a répété encore récemment Jerome Powell, qui s'est dit prêt à prendre les mesures nécessaires si l'inflation excédait substantiellement 2%, et ce sur une période prolongée".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.