Fed : Rosengren favorable à plus de soutien monétaire et budgétaire

Fed : Rosengren favorable à plus de soutien monétaire et budgétaire©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 10 novembre 2020 à 23h05

Face à la résurgence de la pandémie de Covid-19, Eric Rosengren, le président de la Fed de Boston, a estimé mardi que de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine seraient sans doute nécessaires.

"Avec la deuxième vague en cours, mon sentiment est que plus d'assouplissements budgétaires et monétaires sont nécessaires", a-t-il indiqué, ajoutant que les divisions sur le résultat de l'élection présidentielle américaine et l'incertitude sur la composition du Sénat rendaient difficile de prévoir le montant du plan de relance budgétaire.

"La composition du Sénat n'est pas encore très claire et la façon dont les décisions seront mises en oeuvre aura une incidence sur le type de politique budgétaire que nous verrons dans les mois à venir", a déclaré M. Rosengren.

Le 5 novembre, deux jours après l'élection aux Etats-Unis, mais alors que la victoire de Joe Biden n'était pas encore établie, la banque centrale américaine avait maintenu en l'état sa politique monétaire, ne modifiant ni ses taux d'intérêt directeurs, proches de zéro, ni ses programmes massifs de rachat d'actifs (120 Mds$ par mois). La Fed a toutefois répété qu'elle se tenait prête à "utiliser toute la gamme de ses outils pour soutenir l'économie américaine en ces temps difficiles", laissant entendre qu'elle pourrait agir davantage dans les prochains mois.

Fragilités menaçant l'emploi des travailleurs issus des minorités

Par ailleurs, Eric Rosengren a estimé important de prévenir l'accumulation des déséquilibres. Il a affirmé que la dette accumulée avant la pandémie par certaines entreprises du secteur des services fragilisait l'économie américaine et pourrait ralentir la reprise, au risque de causer des dommages durables sur le marché du travail, où les travailleurs issus des minorités seraient les plus affectés.

Le patron de la Fed de Boston a ajouté que les femmes et les employés noirs et hispaniques étant surreprésentés dans les services, ils risquaient davantage de perdre leur emploi. "Ce bilan humain déséquilibré est un mauvais résultat pour la démocratie comme pour l'économie", a-t-il souligné.

La banque centrale américaine devra selon lui trouver un équilibre entre le soutien à l'économie et la stabilité financière.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.